Participation sociale des aînés faisant face à des dynamiques de marginalisation et d'exclusion, développement d'outils d'intervention pour soutenir leur inclusion en milieu communautaire de loisir : une recherche-action

 

Hélène Carbonneau

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Action concertée : Programme de recherche sur les personnes aînées vivant des dynamiques de marginalisation et d'exclusion sociale

 

Volet: Projet de rechervhe-action

Partenaires : Le ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (MAMH);

Le ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI);

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS);

La Société d'habitation du Québec (SHQ).

Les bienfaits de la participation sociale dans le contexte du vieillissement ont été largement démontrés tant pour la qualité de vie que pour la santé physique et mentale des aînés. Cela est déterminant pour un vieillissement actif défini comme un « processus consistant à optimiser les possibilités de bonne santé, de participation et de sécurité afin d'accroître la qualité de la vie pendant la vieillesse » (OMS, 2002). Cette participation peut prendre diverses formes allant du maintien des relations sociales informelles jusqu'à l'engagement citoyen. Le loisir y occupe une place de choix du fait que, non seulement il permet le maintien de liens sociaux, mais il favorise aussi l'actualisation des aînés. Pourtant, certains aînés font face à une stigmatisation qui conduit à des dynamiques de marginalisation et d'exclusion qui limitent leur participation. L'Institut national de santé publique précise que « la stigmatisation est un problème particulièrement aigu du fait qu'elle puisse renforcer des inégalités sociales ». Ces stigmates additionnés à l'âgisme accentuent le risque d'exclusion, ce qui entrave encore davantage le maintien d'une participation. Des interventions ciblant ces personnes ont été développées afin de les aider à s'engager dans des loisirs. Toutefois, cela ne suffit pas, il leur faut aussi trouver un milieu ouvert à les accueillir. Il importe d'agir auprès des milieux de loisir pour s'assurer que les aînés faisant face à des dynamiques de marginalisation y trouvent un accueil favorable à soutenir leur inclusion. Les milieux de loisir tels les centres communautaires de loisir et les clubs FADOQ sont encore trop peu outillés pour soutenir la participation de certains aînés, en particulier, ceux faisant face à des enjeux dans leurs interactions sociales liés à des conditions « invisibles » sont souvent moins bien comprises par l'environnement social, telles que des atteintes neurocognitives, une déficience intellectuelle ou une problématique de santé mentale. Bien que certains outils soient disponibles, ils s'appliquent moins aux réalités des aînés avec un enjeu d'interaction lié à une condition « invisible » tels que les groupes ciblés dans ce projet. Le milieu du loisir au Québec, plus précisément la Fédération québécoise des centres communautaires de loisir (FQCCL) et le Réseau FADOQ, sont déterminés à favoriser la participation de tous les aînés dans leurs organisations. La présente recherche-action s'inscrit dans une volonté d'accompagner ces milieux dans la compréhension des dynamiques de marginalisation et d'exclusion liées à cette stigmatisation afin d'être en mesure d'outiller les milieux pour soutenir la création d'espaces plus favorables à la participation de tous les aînés au sein de leur organisation. Elle bénéficie d'un partenariat solide avec plusieurs collaborateurs majeurs au Québec soit le Réseau FADOQ, la FQCCL, l'Association québécoise pour le loisir des personnes handicapée, l'Association de défense des droits des retraités, la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer, la Société québécoise de la déficience intellectuelle et le Projet collectif en inclusion de Montréal ainsi qu'avec une co-chercheure du milieu de pratique associée du groupe Umano – Stratégies conseils, une entreprise spécialisée dans l'accompagnement et la formation visant le mieux-être des personnes aînées.

COCHERCHEURS

Nom, Prénom
Cochercheur

Département

Institution

Statut en Recherche

Aubin, Ginette

Département d'ergothérapie

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Beaulieu, Marie

Faculté des lettres et sciences

humaines, École de

Université de Sherbrooke

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Caouette, Martin

Département de psychoéducation

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Carbonneau, Hélène

études en loisir, culture et tourisme

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Clapperton, Patsy

Aucune

Umano - stratégies conseils

Autres statuts en recherche

Fortier, Julie

Département d'études en loisir,

culture et tourism

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Marcoux, Lyson

Département de psychologie

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Marier, Patrik

Département de sciences politiques

Université Concordia

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Poulin, Valérie

Département d'ergothérapie

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Raymond, Émilie

École de service social et de

criminologie

Université Laval

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Therriault, Pierre-Yves

Département d'ergothérapie

Université du Québec à

Trois-Rivières [UQTR]

Chercheur ou chercheuse

universitaire

Appel de propositions
Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans, le montant total octroyé est de 222 246 $ et le rapport de recherche est attendu pour le 15 février 2024.