Pratiques de socialisation utilisées auprès d'élèves issus de l'immigration récente et d'élèves autochtones du primaire : comparaison internationale



Des tendances de marginalisation, voire d'exclusion, des membres des communautés autochtones ou issus de l'immigration sont documentées partout dans le monde.

Des écarts significatifs séparent généralement les indicateurs qui mesurent la réussite scolaire, les taux de diplomation et la situation sur le marché du travail chez ces communautés et la majorité. Certains pays, tels la Norvège, la Finlande ou l'Australie rapportent depuis quelques années des avancées encourageantes vers la réduction de ces écarts. Afin de trouver des pistes de solution efficaces à expérimenter au Québec, cette synthèse de connaissances a analysé les politiques et les pratiques mises en place dans différentes régions géoadministratives auprès des élèves autochtones ou issus de l'immigration récente.

Les pratiques gagnantes recensées misent sur des éléments d'éducation émancipatrice.

Cette problématique est envisagée en lien avec la socialisation secondaire de ces élèves, partant de l'hypothèse que leur réussite scolaire est en lien avec l'appropriation de certains éléments spécifiques au milieu scolaire, tels la culture implicite, les normes et valeurs qui régissent les comportements avec les pairs et les adultes, les stratégies de travail et la maîtrise de la langue d'enseignement.

Les résultats démontrent effectivement que les pays où les élèves autochtones ou immigrants réussissent mieux ont mis en place des politiques qui définissent les cadres d'une éducation émancipatrice : valorisation systématiques des langues d'origine (par exemple, reconnaissance des langues autochtones comme langues officielles, implantation de programmes bilingues d'enseignement ou d'un modèle de service qui privilégie l'intégration partielle en classe ordinaire des élèves immigrants dès le début de leur scolarité, soutien des programmes et projets de valorisation du patrimoine culturel d'origine et de dialogue interculturel).

Au niveau de la classe, les pratiques gagnantes recensées misent aussi sur des éléments d'éducation émancipatrice : intégration dans l'enseignement d'éléments culturels des communautés autochtones ou immigrantes et majoritaires, projets d'appropriation des normes et valeurs scolaires par la collaboration, le décloisonnement de la classe et la co-construction, projets interdisciplinaires d'enseignement-apprentissage de la langue d'enseignement intégrant la musique, la danse ou l'art plastique. Enfin, les projets d'implication des parents semblent contribuer fortement à la socialisation secondaire et soutenir la réussite scolaire des élèves autochtones et immigrants.

Chercheure principale

Mirela Moldoveanu, Université du Québec à Montréal

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : février 2017