Atteintes au réseau social du joueur : impacts et conséquences



Une étude menée auprès de 50 joueurs en traitement dans trois centres publics de réadaptation en dépendance et 50 membres de l'entourage (ME) de ces joueurs indique que 8 personnes de l'entourage vivent des impacts des habitudes de jeux de hasard et d'argent (JHA) au cours de l'année qui précède leur entrée en traitement.

Parmi les 449 ME nommés par les joueurs, on note leur famille (parents, fratrie, grands-parents) (48 %), leurs amis (23 %), leurs enfants (11 %), leurs conjoints/ex-conjoints (9 %) et d'autres types de ME (6 %). Les ME des joueurs indiquent avoir vécu des impacts sur les plans relationnel, émotionnel, financier, social, de la santé, du travail de même que quelques impacts positifs.

Afin de faire face au problème des JHA, les ME ont mis en place des stratégies d'adaptation visant à préserver leur mieux-être et à aider le joueur ainsi que des stratégies visant la relation avec le joueur.

Il faudrait repenser l'intervention auprès des joueurs afin d'impliquer davantage les mebres de l'entourage.

Plusieurs ME indiquent ne pas avoir besoin d'aide personnelle, mais ils précisent toute de même que de l'aide individuelle, des rencontres téléphoniques, des groupes de soutien spécifiques à chaque type de ME, des rencontres préparatoires au retour du joueur après son traitement et être plus impliqués dans le traitement du joueur leur serait bénéfique. Il est à noter que des impacts et des stratégies plus spécifiques aux conjoints ont pu être identifiés.

Ces résultats démontrent qu'il serait important de mettre à jour les pratiques d'intervention déjà existantes auprès des ME et d'en développer de nouvelles étant donné qu'il y a plusieurs types de ME, qu'ils ne vivent pas tous nécessairement les mêmes impacts et qu'ils ne les vivent pas de la même façon. Les ME les plus proches des joueurs (émotivement, physiquement ou financièrement) semblent vivre ces impacts sur une longue période de temps avant de consulter.

Il est donc important de trouver des stratégies pour les rejoindre plus tôt dans le processus voire avant même que le joueur ne consulte. De plus, considérant que les ME et les joueurs ne perçoivent pas les impacts de la même façon et que les ME indiquent qu'ils aimeraient être impliqués dans le processus de traitement du joueur, il faudrait également repenser l'intervention auprès des joueurs afin d'impliquer davantage les ME.

Les impacts et les stratégies d'adaptation documentés dans le projet pourraient servir de base à l'élaboration d'une grille d'évaluation permettant de mieux soutenir et adapter l'intervention aux besoins et expériences des différents types de ME.

Chercheure principale

Francine Ferland, Centre de réadaptation en dépendance du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : novembre 2016