Étudiante-chercheure étoile Juillet 2015



Carolyn Côté-Lussier

Stagiaire postdoctorale en médecine préventive et sociale
Université de Montréal


Publication primée : A child's view: social and physical environmental features differentially predict parent and child perceived neighborhood safety

Publiée dans : Journal of Urban Health
 

Résumé

« La perception des parents et des enfants quant à la sécurité de leur quartier a une incidence sur la santé et le mieux-être des enfants, notamment sur la réussite scolaire, la qualité du sommeil, les symptômes d'asthme, le niveau d'activité physique et la détresse psychologique. Bien que des études antérieures se soient penchées sur les aspects environnementaux influant sur la perception de la sécurité chez les parents, peu d'études se sont intéressées aux facteurs ayant une influence semblable sur la perception des enfants. La mise en évidence des aspects influant sur la perception des enfants quant à la sécurité de leur quartier concorde avec la recommandation de la Convention relative aux droits des enfants de l'Organisation des Nations Unies d'accorder une plus grande importante à l'opinion des enfants afin de favoriser leur mieux-être. Cette étude est la première à se pencher à la fois à un ensemble complet de facteurs sociaux (revenu moyen du quartier, cohésion sociale) et environnementaux (circulation routière, éclairage, verdure) associés au degré de sécurité global perçu par les enfants et les parents. »

Carolyn Côté-Lussier avance que la perception d'un manque de sécurité peut être un obstacle au mieux-être des personnes et des collectivités. Bien que les parents exercent un certain contrôle sur les comportements de leurs enfants, la perception de ces derniers est également importante à l'apprivoisement de la liberté et de l'autonomie. Cette étude est fondée sur une approche novatrice consistant à utiliser des modèles associés à la criminologie et à la socioécologie afin d'étudier les interactions complexes et dynamiques entre une personne et son environnement physique et socioculturel. Les résultats, qui viennent confirmer ceux d'études précédentes, indiquent que les interventions visant des aspects représentatifs de la « santé » d'une collectivité, tels que le contrôle, la cohésion et l'ordre social, peuvent favoriser le sentiment de sécurité chez les adultes. Par ailleurs, il s'agit de la première étude à démontrer qu'un éclairage et une verdure accrus dans un quartier peuvent tous les deux avoir des effets positifs indépendants sur la perception globale de la sécurité chez les enfants.