Quand nos buts en matière d'alimentation s'étendent à notre partenaire



L'être humain poursuit des buts personnels aussi bien pour lui-même que pour les gens de son entourage, comme son partenaire amoureux, ses parents et ses amis. L'alimentation est un domaine dans lequel il est fréquent d'entretenir des buts dits « vicariants ». En effet, les objectifs nourris envers des proches en ce qui a trait au rapport à la nourriture sont parfois teintés par des processus de motivation et de relation complexes. Leur étude chez des couples permet de mieux comprendre les conséquences de ces dynamiques, notamment sur le plan du bien-être psychologique. Voilà ce à quoi s'est attelée Noémie Carbonneau, professeure au Département de psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

L'alimentation est un domaine dans lequel il est fréquent d'entretenir des buts dits « vicariants ».

Pour ce faire, la chercheuse s'est appuyée sur la théorie de l'autodétermination. À partir d'un questionnaire rempli par 131 couples hétérosexuels, elle a vérifié comment la nature des buts personnels des femmes influe sur les objectifs qu'elles visent sur le plan de l'alimentation de leur conjoint, de même que leur style de relation interpersonnelle avec ce dernier. Au final, les femmes qui ont avec l'alimentation une relation harmonieuse basée sur la santé, par exemple, sont perçues par leur partenaire comme plus aptes à les soutenir, alors que celles qui ont une relation conflictuelle avec la nourriture en se souciant exagérément de leur apparence, par exemple, sont vues comme plus contrôlantes.

Ce projet souligne l'importance significative de l'environnement social dans la relation d'une personne à son alimentation et à son bien-être. À l'avenir, les interventions thérapeutiques visant, par exemple, à aider les individus à mieux comprendre la relation qu'ils entretiennent avec leur corps et avec la nourriture devraient davantage tenir compte de ces dynamiques. Dans le cadre de ses travaux, Noémie Carbonneau veut désormais départager l'influence – probablement indépendante – des parents de celle du conjoint dans la nature des rapports que nourrissent les individus à l'égard de leur alimentation.