Étude comparative de l'engagement scolaire des élèves de milieux défavorisés issus ou non de l'immigration : contributions de l'environnement scolaire et des pratiques enseignantes



Les pratiques mises en place dans les écoles ont-elles le même impact pour tous les élèves?

Les élèves issus de l'immigration se distinguent-ils au niveau de leur engagement en classe comparativement à leurs pairs d'implantation plus ancienne? Cette recherche visait précisément à répondre à ces questions auprès d'élèves du préscolaire et du primaire de milieux défavorisés.

L'investissement actif de tous les élèves en classe tend à diminuer lors des périodes entourant les principales transitions scolaires.

Comme premier constat important, l'investissement actif de tous les élèves en classe, surtout au niveau de leurs comportements, mais également au niveau affectif ou cognitif, tend à diminuer lors des périodes entourant les principales transitions scolaires, soit suite au passage préscolaire-primaire ainsi qu'à la fin du primaire, avant la transition pour le secondaire. Par contre, la diminution observée serait moins intense pour les élèves issus de l'immigration que pour leurs pairs non immigrants.

Deuxième constat important : alors que l'on remarque une constante diminution de la valorisation de l'école tout au long du primaire pour tous les élèves, la création de liens affectifs avec les enseignants et le développement d'un sentiment d'appartenance à l'école contribuent positivement à l'engagement des élèves et surtout, à l'engagement des garçons et des élèves immigrants. Enfin, autre constat important, alors que certaines pratiques enseignantes, notamment le recours à un encadrement très structuré, ont une influence positive sur l'engagement des élèves immigrants, elles ont un effet opposé sur l'engagement de leurs pairs d'implantation plus ancienne qui bénéficient davantage d'un environnement flexible qui soutient leur autonomie.

Ces résultats militent en faveur de l'implantation d'une pédagogie différenciée dans les classes, mais également de la mise en place de mesures favorisant la participation active et l'investissement affectif des élèves à l'école, et ce, particulièrement lors des périodes de plus grandes vulnérabilités, notamment celles entourant les transitions scolaires.

Chercheure principale

Isabelle Archambault, Université de Montréal

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : septembre 2015