Mot de la directrice scientifique

L'année 2019 est toute spéciale, car elle marque le 40e anniversaire du FRQSC, avec la création du Conseil québécois de la recherche sociale en 1979, devenu le FRQSC en 2001. Depuis 40 ans, nos recherches changent le monde. C'est donc avec fierté que nous célébrons cette année la contribution incontournable du FRQSC dans le développement et le soutien de la recherche dans les domaines des sciences sociales et humaines, des arts et des lettres.

Cette année comporte aussi sa part de projets et de défis. Nous cherchons à adapter encore mieux nos programmes et nos règles aux attentes de la communauté et de nos partenaires de recherche. Au nombre des dossiers sur notre table de travail, signalons la révision du programme Soutien aux équipes de recherche, qui joue un rôle déterminant dans la structuration de la recherche. Rendu possible par le nouveau système FRQnet, l'accès à des données plus complètes nous permettra de mieux orienter les analyses du comité de pilotage responsable de cette révision, qui devrait terminer ses travaux au printemps.

L'année 2019 se signale aussi par une intensification des collaborations internationales. Pour certaines, des appels de propositions ont été lancés, notamment dans le cadre de la Plateforme transatlantique sur le thème de l'innovation sociale ou avec Horizon 2020 et le Conseil de recherche en sciences humaines sur le thème de la migration. D'autres initiatives sont en voie de développement avec l'Agence nationale de la recherche, la National Natural Science Foundation of China, l'Agence universitaire de la francophonie et l'Organisation universitaire interaméricaine. Cette dernière organise le Congrès des Amériques sur l'éducation internationale qui se tiendra à Bogota en octobre prochain. Ces diverses collaborations devraient nous permettre d'enrichir les recherches et de mettre en valeur les approches et les expertises québécoises.

Par ailleurs, un changement paradigmatique qui n'est pas récent mais qui se manifeste dans un nombre de plus en plus grand de domaines pourrait aussi nous amener à apporter des modifications à nos critères d'évaluation, notamment en ce qui a trait aux CV. Je pense ici à la recherche participative, qui met à contribution des partenaires de la société civile – citoyennes et citoyens experts, patientes et patients partenaires, membres d'une communauté culturelle –, lesquels introduisent d'autres formes de données et de dimensions qui transforment la recherche et les approches, et font émerger de nouveaux modèles de connaissances. L'excellence en recherche, qui reste une valeur prépondérante, est donc appelée à se décliner autrement et à couvrir un registre élargi

Enfin, nous allons poursuivre nos démarches pour soutenir et développer la recherche au collégial en unissant nos efforts à ceux du milieu, de concert avec le ministère de l'Économie et de l'Innovation et le ministère de l'Éducation et Enseignement supérieur. Nous continuerons aussi de soutenir les publications savantes avec Érudit et d'encourager diverses initiatives en vue de rendre la production et la diffusion de revues scientifiques toujours plus performantes.

En terminant, je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2019. Une année créative, inspirée et féconde.

Louise Poissant