Mot de la directrice scientifique

Nous voici arrivés au terme d'une année universitaire bien particulière qui s'inscrira dans nos mémoires et dans l'histoire, tant en raison de la gravité de la pandémie qui nous affecte toutes et tous que des changements radicaux qu'elle nous a amenés à apporter à nos modes de travail, que ce soit en recherche ou en enseignement. Certaines habitudes sont déjà en train de se développer en faveur du télétravail et de la formation à distance, ce qui donne lieu à des expérimentations et à de la recherche pour trouver des façons de faire mieux adaptées aux défis que pose le confinement. La pandémie a aussi créé de nombreux besoins et ouvert d'innombrables perspectives de recherche dans nos secteurs. D'autant que, de l'avis de plusieurs, le contexte actuel est très propice à des changements structurels, à la fois sur les plans social, économique et environnemental. 

Les sciences sociales et humaines, les arts et les lettres (SSHAL) seront assurément appelés à jouer un rôle central dans les mois et les années à venir pour mesurer les retombées de la crise actuelle, mieux saisir et comprendre la complexité du phénomène, et proposer d'autres scénarios qui prennent en compte un développement durable plus équitable. Au nombre des dossiers à surveiller, notons la relance économique et l'économie circulaire, l'école à distance et l'éducation numérique, les conditions de vie des personnes en situation de vulnérabilité, la reprise des activités culturelles.

Je tiens à saluer la contribution des 84 chercheuses et chercheurs de nos secteurs qui ont répondu à l'appel à solutions lancé par les Fonds de recherche du Québec dans le contexte de la COVID-19. L'équipe du Fonds de recherche du Québec–Société et culture (FRQSC) a redistribué chacun des projets aux neuf ministères avec lesquels nous avons des partenariats et une dizaine d'entre eux ont reçu un soutien financier. L'expertise de toutes les personnes qui ont présenté une proposition sera répertoriée dans la banque que le Réseau québécois COVID s'emploie à constituer.

Au nombre des dossiers qui nous occuperont à la rentrée, j'aimerais signaler la reprise de notre projet de colloque « Nos recherches changent le monde », organisé de concert avec le Centre national de la recherche scientifique de France et qui porte sur les méthodologies développées pour les SSHAL. Nous n'avons pu tenir cette rencontre comme prévu en mars dernier, mais ce n'est que partie remise. Nous allons aussi nous consacrer à mettre en forme notre prochain Plan stratégique, une opération qui nous amènera à vous consulter de diverses façons.

J'en profite pour féliciter les récipiendaires de bourses et les lauréats et lauréates de nos nombreux programmes de subventions. Nous attendons beaucoup de vos travaux et de votre dynamisme pour animer les milieux de la recherche et pour soutenir la relève pour ce qui est des chercheurs et des chercheuses. Je remercie aussi tous ceux et toutes celles qui ont participé avec générosité et rigueur aux comités d'évaluation ainsi que le personnel du Fonds, qui s'est adapté avec agilité et intelligence aux nouvelles conditions de travail et qui a encadré tout le processus des octrois. Vous avez toute ma reconnaissance.

Enfin, je vous souhaite un très bel été, ressourçant et paisible. Et j'espère vous retrouver sous peu dans un climat plus serein.