Les joueurs de paris sportifs : synthèse critique des connaissances



Environ 20 % des joueurs pathologiques en traitement réalisent des paris sportifs.

Toutefois, il y a un manque important d'informations empiriques au sujet du profil de ces joueurs.

L'objectif de cette revue systématique est de décrire les caractéristiques spécifiques aux parieurs sportifs, notamment quant à leurs habitudes de jeu et leurs cognitions. Cette revue vise également à offrir des pistes de réflexion concernant la distinction des parts de hasard et d'habileté associées aux paris sportifs.

Les parieurs sportifs croient que le développement d'habiletés mène à davantage de gains financiers.

Sur les 990 études identifiées, 30 (18 sur les parieurs hippiques, huit sur les parieurs misant sur des événements sportifs, trois sur les parieurs hippiques et ceux misant sur des événements sportifs, et une sur les pools sportifs/ligues imaginaires) remplissent les critères d'inclusion (contenir des données sur les habitudes de jeu ou sur les cognitions chez des parieurs sportifs).
Les échantillons des études sont principalement composés d'hommes, âgés entre 30 et 50 ans, qui ont un niveau d'éducation collégial. Les parieurs sportifs misent en moyenne 100 à 200 dollars et investissent environ 10 heures chaque semaine à préparer leurs paris. Trois des quatre études qui ont examiné le rôle de la chance et du hasard dans les paris sportifs suggèrent que les parieurs sportifs sont meilleurs que la chance à prédire les résultats sportifs, mais en raison de la structure des paris sportifs, ceux-ci ne gagnent pas plus d'argent comparativement à une sélection aléatoire.

La quasi-totalité des études ayant étudié les cognitions des parieurs sportifs révèle que ceux-ci croient que le développement d'habiletés mène à davantage de gains financiers. Ces résultats mettent de l'avant le besoin d'étudier davantage le rôle des cognitions erronées dans le comportement de jeu des parieurs sportifs.

Chercheur principal

Serge Sévigny, Université Laval

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : décembre 2015