Conscience morphologique et habiletés d'orthographe chez les enfants du premier cycle du primaire ayant des difficultés de langage écrit : une étude d'intervention



« Précis… Et pourquoi pas préci ou précie? »… « Le chien mord… non, mort. Je mets un "t", car c'est à la 3e personne du singulier »

Quel enfant ne s'est jamais cassé la tête sur la finale muette d'un mot? La morphologie et les accords grammaticaux qu'elle implique sont encodés dans une multitude de mots du français et constituent un des grands défis de l'apprentissage de l'orthographe. Elle s'avère d'autant plus complexe et obscure pour les élèves ayant des difficultés à manipuler la structure des mots, c'est à dire ayant de faibles habiletés de conscience morphologique.

Cette recherche s'intéresse à l'intervention sur cette habileté langagière comme facilitateur de l'apprentissage de l'orthographe.

Afin d'aider ces enfants, cette recherche s'intéresse à l'intervention sur cette habileté langagière comme facilitateur de l'apprentissage de l'orthographe. Une intervention professionnelle a été élaborée et offerte à des enfants québécois de 2e année du 1er cycle ayant des difficultés en langage écrit. Celle-ci s'est avérée efficace, c'est-à-dire qu'elle a mené à une amélioration significative et durable des compétences en orthographe des élèves ciblés. La conscience morphologique pouvant aussi être intégrée dans l'enseignement de l'orthographe en classe, une formation ponctuelle a été développée, toujours dans le cadre de cette recherche, et son actualisation s'est faite via l'infrastructure sociotechnique de l'École éloignée en réseau. Cette formation a mené à une prise de conscience des enseignants quant au recours à des connaissances en morphologie dans leurs pratiques quotidiennes pour l'enseignement de l'orthographe.

À la lumière des résultats obtenus, il importe de développer et mettre en place des interventions ciblées sur la morphologie et ses relations avec l'écriture des mots pour le développement optimal des habiletés d'orthographe des enfants tout-venant et en difficulté. Celles-ci peuvent s'inscrire tant dans l'action professionnelle d'intervenants spécialisés que dans un enseignement en salle de classe, et ce, dès la 2e année du 1er cycle.

Chercheure principale

Marie-Catherine St-Pierre, Université Laval

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : avril 2014