Expérimentation de dispositifs didactiques en syntaxe et en ponctuation « à la manière » des dictées métacognitives et interactives, au 3e cycle primaire et 1er cycle secondaire et effet sur la compétence en écriture

 

Marie Nadeau

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture et la lecture

Volet : Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement Supérieur

Dans les évaluations ministérielles en écriture, le critère syntaxe et ponctuation (S-P) est le deuxième critère le plus échoué. Boivin et Pinsonneault (2014) montrent que le total des erreurs de S-P dans les textes d'élèves dépasse le nombre d'erreurs d'orthographe grammaticale (OG) à tous les niveaux étudiés. De plus,les élèves progressent peu aux épreuves d'écriture de la 6e primaire à la 2e secondaire. Peu de propositions didactiques ont été expérimentées récemment en enseignement de la S-P dans une perspective de résolution de problème en écriture. Les recherches suisses et québécoises sur les pratiques effectives des enseignants en S-P montrent plutôt qu'ils continuent de cloisonner la conceptualisation et l'exercisation. Or, les recherches sur l'enseignement et l'apprentissage de l'orthographe grammaticale fournissent des pistes intéressantes et prometteuses pour améliorer les compétences des élèves en S-P, puisque la résolution de problèmes orthographiques en écriture passe largement par la mobilisation et l'utilisation des connaissances grammaticales. Ce projet vise donc les objectifs suivants: -1-Concevoir et expérimenter des activités innovantes dans le domaine de la S-P à deux niveaux sensibles, le 3e cycle du primaire et le 1er cycle du secondaire, dans des milieux « à risques », milieux défavorisés du Lac-St-Jean (rural) et de la région de Montréal, ce milieu urbain étant caractérisé par une forte concentration d'élèves allophones. -2-Mesurer l'effet de l'intervention sur la réussite de la S-P dans les textes des élèves. Les activités à expérimenter innoveraient sur deux plans: -a- dans les contenus traités, en s'appuyant sur une solide analyse des erreurs dans les textes d'élèves; -b- dans la démarche didactique, en transposant pour la S-P, les fondements des dictées métacognitives et interactives que sont la dictée 0 faute et la phrase du jour dont les effets positifs sur les performances des élèves en OG ont été démontrés en contexte de production écrite, en particulier chez les élèves sous la moyenne en début d'année. Nous posons ainsi l'hypothèse que la pratique régulière d'activités « à la manière » des dictées métacognitives permettra aux élèves de milieux défavorisés de progresser dans leur maitrise de la construction de phrases et de la ponctuation en production de textes. Ces objectifs seront atteints grâce à une recherche quasi-expérimentale et un suivi des enseignants dans l'implantation de ces nouvelles pratiques qui rassemble les formes d'accompagnement éprouvées par la recherche sur le développement professionnel. La 1re année de la recherche sera consacrée à l'approfondissement des erreurs de S-P des élèves et à la conception et préexpérimentation des activités innovantes en étroite collaboration avec les enseignants des six classes expérimentales. Deux productions écrites seront recueillies chez les élèves à la 2e année du projet, en septembre et mai dans les classes expérimentales et contrôles:  un texte narratif et un descriptif pour obtenir un usage diversifié des ressources de la langue. L'intervention par les activités en S-P à la manière des dictées métacognitives se déroulera sur une période de six mois à une fréquence hebdomadaire. La 3e année sera consacrée à l'analyse des résultats et leur diffusion; des vidéos de ces pratiques innovantes seront mis à la disposition des enseignants et des formateurs.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Cochercheurs

- Carole Fisher, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)
- Isabelle Gauvin, Université du Québec à Montréal
- Marie-Hélène Giguère, Université du Québec à Montréal

Membres collaborateurs

- Marie-Claude Boivin, Université de Montréal
- Reine Pinsonneault, Université du Québec à Montréal

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 128 500 $. Le rapport final est attendu pour le 1er juillet 2019.