Vivre de la création musicale au Québec : enquête sociomusicologique sur la profession de compositrice et de compositeur

 

Danick Trottier

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : arts, littérature et société

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Qui exercice la profession de compositrice et de compositeur au Québec et quelles sont les réalités qui gouvernent ce travail au quotidien? Quelles sont les instances de légitimation et de sélection qui opèrent dans le fait de durer comme compositrice et compositeur? Quels sont les processus d'insertion professionnelle liés à la création musicale au Québec et quelles sont les réalités socioéconomiques derrière cet emploi? Répondre à ces questions est fondamental pour en arriver à une cartographie plus juste des réalités à la fois musicales, culturelles, sociales et économiques qui circonscrivent la profession de compositrice et de compositeur au Québec. Car les données autant quantitatives que qualitatives liées à la musique de création font cruellement défaut à l'heure actuelle, et cela dans un contexte où la population de compositrice et de compositeur augmente d'une année à l'autre en obligeant chacun à cumuler plusieurs fonctions pour vivre de son art : commande d'œuvre, projet par demande de subvention, arrangement, enseignement, résidence d'orchestre, médiation culturelle, etc.

Pour combler ce manque de données, la présente recherche entend brosser un portrait sociomusicologique de la profession en procédant à une enquête de terrain de manière à colliger des données précises, par l'intermédiaire d'un questionnaire suivi d'observation et d'entretien. La population étudiée est établie à partir de certains critères (créations, diplômes, activités dans le milieu, etc.) pour mieux centrer l'étude sur la profession de compositrice et de compositeur en lien avec la création musicale, plus spécifiquement dans le contexte des musiques dites contemporaines. En ayant recours à une enquête de terrain et aux concepts provenant à la fois de la musicologie et des sciences sociales, notamment sur les composantes qui délimitent le travail créateur en musique, l'étude compte documenter les conditions d'exercice de la profession ainsi que les frontières qui en délimitent autant l'accès que la pratique. C'est pourquoi l'étude s'attardera à la collecte d'information en fonction d'axes précis, parmi lesquels on retrouve la trajectoire des créatrices et des créateurs, leurs réalités socioéconomiques, leurs principales sources de revenus, leur positionnement esthétique dans le milieu, leurs principaux réseaux de soutien ainsi que les interactions entretenues avec les institutions, les musiciens et les pairs. De telle sorte que ces données pourront susciter l'intérêt des institutions musicales, notamment par rapport aux processus d'insertion professionnelle et aux conditions d'exercice de la profession.

De même, la mobilisation des connaissances se fera en partenariat avec le milieu des musiques de création de manière à mettre en valeur les réalités professionnelles vécues par les compositrices et les compositeurs tout en ciblant les logiques d'action à mettre en œuvre pour les soutenir, par exemple dans le cadre des politiques publiques liées à la création musicale avec des programmes de subvention adéquats. Enfin, dans la foulée des avancées réalisées ces dernières années quant à l'étude des professions artistiques, des comparaisons pourront être établies entre les réalités québécoises et celles que l'on retrouve à l'étranger, par exemple en France et aux États-Unis.