Trajectoires du vieillissement et personnes âges immigrantes au Québec

 

Marie-Emmanuelle Laquerre

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : développement et fonctionnement des personnes et des communautés, et vie sociale

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Ce projet aborde les expériences sociales du vieillissement chez les personnes âgées immigrantes vivant au Québec dans une optique intersectionnelle afin de faire ressortir la diversité des expériences et l'interinfluence des facteurs.

D'un point de vue sociologique, la question du vieillissement des personnes immigrantes est un sujet de recherche à développer en raison du faible degré de connaissances relatif à l'hétérogénéité de leurs profils et de leurs trajectoires. Cette diversité du vieillissement relève de facteurs structurels et culturels qui peuvent être communs à l'ensemble des personnes âgées (genre, état de santé physique et mental,habitudes de vie,condition socioéconomique, présence – ou absence – d'un réseau d'entraide, etc.). S'ajoutent, pour les aînés qui ne sont pas nés au Québec, des facteurs qui sont reliés à l'historique migratoire (pays d'origine, appartenances ethnoculturelles, statut migratoire, âge à l'arrivée, immigration ancienne ou récente, trajectoire migratoire, etc.) et qui auront des effets sur leur bien vieillir, sur leur niveau d'intégration à la société d'accueil et sur leur mode d'utilisation des ressources et des services.

S'inscrivant dans une approche axée sur le vécu expérientiel des aînés, sur leurs trajectoires sociales et sur leurs représentations de la vieillesse, il souhaite relever la diversité des trajectoires du vieillissement (parcours, enjeux rencontrés, pratiques de la vie quotidienne, stratégies adaptatives)chez des sujets présentant des profils variés (hommes/femmes; appartenance générationnelle; migrant ancien/migrant récent; différence de statut; origines ethnoculturelles, etc.). Une recherche qualitative, de type descriptif et compréhensif permettra d'appréhender le phénomène à l'étude. Au plan théorique, le concept de «déprise» (Caradec, 2012,2004),fera ressortir les stratégies d'adaptation individuelles en fonction de dimensions reliées aux individus, à leur vie sociale et aux groupes sociaux. Le concept de «socialisation secondaire» (Berger et Luckman, 1986) fera émerger les «autruis significatifs» (réseau, relations interpersonnelles, appartenance à des groupes) ainsi que les institutions qui structurent les places et les relations des acteurs. La jonction de ces deux concepts permettra d'enrichir l'analyse du vieillissement en contexte migratoire.

Au plan méthodologiques, seront menés des entretiens individuels, semi-dirigés, avec des hommes et des femmes âgés de 65 ans et plus, ayant immigré au Québec. Pour le processus de sélection des aînés, nous favoriserons des individus qui possèdent des parcours de vie variés en regard de leur appartenance générationnelle, du temps de la migration, du statut migratoire lors de la migration et du statut actuel, des conditions socio-économiques, des contextes familiaux/conjugaux et des appartenances ethnoculturelles. Nous allons procéder à 20 entretiens avec des aînés afin d'atteindre une forme de saturation empirique qui tiendra compte des catégories et des dimensions qui émergeront de notre analyse inductive, inspirée de la théorisation ancrée. Dix entretiens seront aussi menés avec des informateurs clé.

Les résultats répondront à une demande des intervenants et des professionnels en santé et en service social qui expriment le besoin d'avoir des informations sur les conditions de vie des personnes âgées immigrantes et sur des stratégies d'intervention et d'accompagnement qui faciliteraient leur travail. Ils encourageront  le développement d'interventions plus sensibles aux vécus et aux enjeux rencontrés par les aînés migrants au Québec.