Science et littérature après le postmodernisme : la foi, l'épistémologie et le post-humanisme

 

Marc André Fortin

Université de Sherbrooke

 

Domaine : arts et littérature

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Par ses découvertes, ses méthodes et ses théories, la science du XXe siècle soulève un problème épistémologique paradoxal pour l'étude de l'humanité au XXIe siècle. En effet, plus la science s'est approchée des questions fondamentales portant sur la « réalité », plus la réalité s'est avérée incompréhensible et inconnaissable. Comme le mentionne l'auteur Gillian Beer, la littérature contemporaine a commencé la « traduction et transformation » des réponses problématiques offertes par la science sur la nature complexe de l'existence, en intégrant l'histoire et les méthodes de la science dans les œuvres de fiction, de poésie et de théâtre.

Cette traduction culturelle controversée traverse les frontières disciplinaires traditionnelles et influence la compréhension des questions plus profondes portant notamment sur la réalité, l'amour, la foi, Dieu et l'accès à la vérité. Mon projet de recherche propose d'examiner le phénomène croissant des récits scientifiques dans la littérature internationale de langue anglaise et ce, à travers la grille théorique des réponses posthumanistes et postmodernistes à la crise de la foi en la vérité scientifique que l'on retrouve dans la littérature contemporaine.

Mon projet cherche aussi à démontrer que la vulgarisation et la portée mondiale du discours scientifique ont conduit à un « réenchantement » (Griffin) de la science à travers le discours imaginatif et expérimental de la « consilience » entre art et science dans la littérature mondiale au XXIe siècle. Enfin, je démontrerai qu'un désir post-séculier de sens a produit une nouvelle forme de quête épistémologique multidisciplinaire.