Réseau NE3LS

 

Marie-Hélène Parizeau

Université Laval

 

Action concertée : Programme de recherche sur les aspects éthiques, environnementaux, économiques, légaux et sociaux liés aux nanotechnologies (NE3LS)

Volet : Réseau de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR)

Le Réseau Ne3LS a pour objectif principal de devenir une plateforme d'échange durable entre les utilisateurs de la recherche en nanotechnologies ou de ses produits afin de développer la recherche ainsi que la formation de la relève dans les domaines  ouverts par le Ne3LS. Il a également comme objectif de mobiliser davantage les connaissances et ainsi de développer un nouveau modèle d'innovation basé sur celui de la quadruple hélice. Ce modèle repose sur la reconnaissance de la société civile comme acteur actif de l'innovation. Le réseau veut également d'interagir avec les autres sphères d'influence que sont les universités, les collèges, les gouvernements et les entreprises. Pour ce faire, il laissera une place importante à la société civile dans sa structure de gouvernance et dans ses activités. Ce nouveau partenaire rejoindra les autres acteurs de l'innovation pour orienter le Réseau dans le développement d'une programmation de recherche en lien avec les acteurs et utilisateurs, mais également pour mieux cibler ses activités et ses interventions. C'est dans une optique de mobilisation et de transfert de connaissances que le Réseau Ne3LS espère construire un dialogue menant à un développement responsable et durable des nanotechnologies. Pour réaliser son mandat, le Réseau Ne3LS compte mettre en place quatre types d'activités : 1) les activités de veille, 2) la mobilisation des connaissances et des acteurs, 3) le transfert de connaissances et leur diffusion, 4) les activités d'échange, d'intégration et de formation. Les activités de veille, de diffusion de connaissances et de regroupement d'expertises se centreront autour de la plateforme web qui deviendra un pivot central au Réseau. De plus, le Réseau Ne3LS organisera plusieurs activités de transferts et de mobilisation des connaissances (ex. café des sciences, conférence internationale), de formation (ex. cours Ne3LS aux professionnels en entreprise) et d'intégration (ex : accompagnement de l'innovation, ateliers de cocréation) pour promouvoir un pôle d'expertise québécois et une plateforme d'échange sur les Ne3LS. Le Réseau Ne3LS mise sur de nombreux partenariats, dont certains financiers, permettront à terme d'augmenter les fonds disponibles pour la recherche dans les domaines couverts par les Ne3LS. Il accélèrera ainsi le développement des connaissances, des publications et la création d'expertise Ne3LS. Il augmentera également le nombre de formations sur les impacts des nanotechnologies à divers niveaux : collégial et universitaire. Enfin, de par sa programmation, ses activités et sa structure de gouvernance, il mobilisera davantage les connaissances pour les utilisateurs et les acteurs de l'innovation et animera un dialogue constructif avec la société civile tout en promulguant la création de richesse selon le principe de développement durable et responsable des nanotechnologies. Nous espérons qu'après six ans, le Réseau Ne3LS sera un acteur incontournable au plan canadien pour la recherche et la mobilisation des connaissances sur les impacts des nanotechnologies, mais également un modèle d'innovation à suivre au niveau international

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Catherine Beaudry, École Polytechnique
Claude Emond, Université de Montréal
Jacques Beauvais, Université de Sherbrooke
Johane Patenaude, Université de Sherbrooke
Louise Vandelac, Université du Québec à Montréal
Maryam Tabrizian, Université McGill
Pierre Doray, Université du Québec à Montréal
Stéphane Hallé, École de technologie supérieure
Thérèse A. Leroux, Université de Montréal

 

Membres collaborateurs

Alexandra Noël, Université de Montréal
Andrea Schiffauerova, Université Concordia
Céline Lafontaine, Université de Montréal
Denis Girard, Institut national de la recherche scientifique (INRS)
Dorothy Dankel, Université de Bergen
Jens Kroeger, Industries Raymor (Les)
John Preston, Université McMaster
Karim Maghni, Université de Montréal
Kathleen Eggleson, Université of Notre-Dame
Kevin Wilkinson, Université de Montréal
Louis-Étienne Pigeon, Université Laval
Marc Saner, Université d'Ottawa
Margaret Kosal, Georgia Inst. of Technology
Nathalie De Marcellis-Warin, École Polytechnique
Nathalie Tufenkji, Université McGill
Paulo Martins, Instituto Universitario de Pesquizas de Rio de Janeiro
Razvan Amironesei, University of San Diego
Rumana Bukht, Université of Manchester
Sylvie Nadeau, École de technologie supérieure
William Skene, Université de Montréal