Prestige et atlantisme : la sur-contribution militaire aux coalitions de volontaires

 

Justin Massie

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : gouvernance

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Ce projet de recherche vise à explorer les intersections théoriques entre la quête de prestige international et la valorisation de l'Alliance atlantique afin de répondre à la question suivante : pourquoi certains membres de l'Alliance contribuent-ils de manière disproportionnée aux coalitions multinationales dirigées par l'OTAN? Autrement dit, il s'agit d'évaluer dans quelle mesure les deux bénéfices intangibles que représentent le prestige et l'attachement à l'alliance permettent de combler les insuffisances des explications conventionnelles du partage du fardeau au sein des coalitions d'États volontaires. L'hypothèse préliminaire soutient que les États qui s'identifient comme puissances atlantistes accorderont une plus grande valeur à la préservation de l'alliance transatlantique comme fin en soi, et seront en conséquence plus enclins à porter une part considérable du fardeau collectif lors des interventions militaires dirigées par l'OTAN.

Le projet vise à développer un cadre théorique intégré, sur la base du constructivisme et de l'identité sociale, permettant de rendre compte de la volonté de certains États membres de l'OTAN de sur-contribuer aux coalitions de volontaires menées par l'alliance. Il vise également à évaluer empiriquement et de manière systématique l'explication théorique proposée, par la comparaison de deux alliés de puissance moyenne, le Canada et les Pays-Bas, qui ont contribué significativement aux interventions militaires de l'OTAN au Kosovo, en Afghanistan et en Libye.