Pratiques stratégiques de la firme multinationale : caractérisation, l'adoption et la persistance

 

Gwyneth Edwards

HEC Montréal

 

Domaine : gestion des organisations

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

La recherche citée dans la littérature suggère que l'internationalisation réussie dépend, en partie, du transfert des compétences de base d'une entreprise vers ses filiales dans d'autres pays. Les entreprises doivent donc identifier leurs compétences de base, les traduire en connaissances codées - pratiques stratégiques - et les transférer à leurs filiales implantées dans les pays d'accueil. La recherche sur le transfert de ces pratiques indique que le transfert peut être ardu, en raison de différences institutionnelles au niveau des pays, tels que les règles, les normes, les valeurs et les croyances qui influencent la capacité des filiales d'accepter la pratique transmise. La plupart de ces recherches, cependant, ont surtout mis l'accent sur le contexte dans lequel s'opère le transfert, sans étudier comment les caractéristiques d'une pratique peuvent influencer son adoption. En outre, ces recherches ne portent pas sur la façon dont ces pratiques peuvent changer au fil du temps, ni sur les raisons pour lesquelles certaines persistent tandis que d'autres ne le font pas.

La recherche proposée adopte une approche « microfoundational » pour l'étude des pratiques au sein d'une société multinationale en analysant la façon dont elle caractérise les pratiques au sein de l'entreprise, et comment ces caractéristiques influencent leur adoption. La recherche tente également de documenter comment ces caractéristiques influencent la persistance des pratiques au fil du temps. Les résultats permettront de mieux comprendre comment les pratiques stratégiques influencent la performance de l'entreprise.