Pratiques pédagogiques et modèles d'organisation et de collaboration efficaces favorisant le développement de la compétence à écrire lors de la transition maternelle-première année du primaire auprès de populations défavorisées

 

Catherine Turcotte

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture - Lancement : mai 2011

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

Le développement des compétences en écriture est un facteur de réussite scolaire important. Les élèves provenant de milieux défavorisés sont toutefois plus à risque d'éprouver des difficultés lors du développement de ces compétences dès leurs premiers apprentissages de l'écrit à la maternelle. De plus, la transition entre la maternelle et la première année représente une autre étape vulnérable à l'apparition de difficultés persistantes en écriture auprès des élèves de milieux défavorisés selon le MELS (2003). Or, les élèves du primaire qui éprouvent des difficultés persistantes en écriture sont à risque d'échouer dans les autres domaines d'apprentissage tout au long de la scolarité (Vitaro & Gagnon, 2000). Ce projet entend explorer des solutions à ce problème en décrivant les pratiques d'enseignement et les modèles d'organisation et de collaboration implantés dans certaines écoles du Québec de milieux défavorisés qui favorisent une transition réussie entre le préscolaire et la première année du primaire sur le plan de la compétence en écriture. Toutes les commissions scolaires francophones sont invitées à participer afin de décrire les pratiques d'enseignement ainsi que l'organisation et la collaboration de différents milieux défavorisés exemplaires (rural, urbain, multiethnique, etc.) et permettre un transfert des connaissances dans des milieux aussi divers. Des données seront recueillies auprès des directions, enseignants et autres intervenants scolaires à l'aide de questionnaires, de groupes de discussion, de journaux de bord et d'observations en classe. De plus, une épreuve d'écriture de mots et de phrases et une épreuve portant sur la valorisation et la compréhension des fonctions de l'écrit seront administrées aux élèves de la maternelle et de la première année afin d'examiner leur profil, leurs apprentissages et leurs progrès en écriture lors de cette transition entre la maternelle et la première année. L'analyse croisée et comparative des résultats issue d'une multiméthodologie apportera une meilleure compréhension des pratiques d'enseignement et des différents modèles d'organisation et de collaboration mis en place. Les résultats de cette recherche porteront sur les éléments communs et divergents entre les milieux afin de documenter les spécificités de chaque école tout en ressortant les bases communes entre elles sur le plan des pratiques d'enseignement et des modalités d'organisation et de collaboration. De plus, les données provenant des épreuves d'écritures serviront à mieux comprendre et à mettre en contexte les pratiques, l'organisation, la collaboration entre intervenants et les apprentissages de divers profils de scripteurs. Puisque la transition des apprentissages en écriture n'a jamais été étudiée sous cet angle, les nouvelles connaissances issues de ce projet intéresseront la communauté scientifique et les étudiants aux trois cycles universitaires en enseignement, en orthopédagogie et en gestion. Elles inspireront également les praticiens et les décideurs qui veulent mettre en place des pratiques d'enseignement ainsi que des modalités d'organisation et de collaboration efficaces pour favoriser la réussite en écriture auprès du plus grand nombre d'élèves dès le début de leur scolarité, spécifiquement en milieux défavorisés.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Nathalie Chapleau, Université du Québec à Montréal
France Dubé, Université du Québec à Montréal
Chantal Ouellet, Université du Québec à Montréal
Nathalie Prévost, Université du Québec à Montréal

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans et le rapport final est attendu pour le 30 juin 2015