Pratiques pédagogiques différenciées et réussite scolaire de deux catégories d'élèves du primaire à risque : élèves autochtones et élèves provenant de milieux défavorisés

 

Maria Moldoveanu

Université de Sherbrooke

 

Action concertée : Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires  - Concours 2010-2011

Volet : Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

La différenciation pédagogique fait partie des mesures censées augmenter la réussite scolaire de tous les élèves québécois (Ministère de l'éducation du Québec, 2001, 2003 et 2009; Commission des programmes d'études, 2002; Conseil supérieur de l'éducation, 2002). Malgré l'appui des décideurs, la recherche offre une définition encore déficitaire du construit théorique de différenciation pédagogique et souligne des difficultés dans sa mise en œuvre (Prud'homme et coll., 2005; Sprenger, 2010; Zakhartchouk, 2001). Qui plus est, jusqu'à présent, l'efficacité des pratiques pédagogiques différenciées auprès d'élèves à risque n'a pas été examinée à large échelle. Nous proposons alors d'entreprendre un projet qui vise à analyser l'impact des pratiques pédagogiques différenciées sur la réussite scolaire de deux catégories d'élèves à risque du primaire, soit des élèves autochtones et des élèves de milieux défavorisés (indices de défavorisation de 7 à 10). Les objectifs spécifiques suivants seront poursuivis: Identifier les pratiques de différenciation pédagogique mises en œuvre auprès d'élèves à risque; Analyser l'impact de la différenciation des pratiques pédagogiques sur la réussite scolaire des élèves à risque; Identifier les facteurs associés à l'efficacité des pratiques pédagogiques différenciées repérées, en termes de caractéristiques sociodémographiques des élèves et de caractéristiques des écoles; Décrire et analyser les pratiques pédagogiques les plus efficaces auprès des élèves à risque. Cette recherche descriptive et interprétative mixte sera menée d'une part auprès des enseignants de commissions scolaires à statut particulier et d'autre part auprès des enseignants travaillant en milieu défavorisé ainsi qu'auprès de leurs élèves. Environ 500 enseignants sont pressentis pour répondre à un questionnaire écrit sur la différenciation de leurs pratiques professionnelles. De ce nombre, environ 40 (ou jusqu'à la saturation des données) participeront à une entrevue d'approfondissement. Les résultats scolaires et aux épreuves uniformes du ministère de 1000 élèves seront analysés. Des groupes de discussion seront composés d'élèves du primaire afin de recueillir leurs perceptions des pratiques pédagogiques différenciées gagnantes. Des analyses statistiques portant sur des données de questionnaire permettront d'évaluer la valeur prédictive de l'utilisation de pratiques pédagogiques différenciées sur les résultats scolaires des élèves à risque. La méthode de théorisation ancrée appliquée à des données d'entrevue avec des enseignants et des élèves permettra de dégager un modèle compréhensif de la façon dont ces acteurs expliquent le succès de certaines pratiques pédagogiques différenciées. En plus de contribuer à comprendre l'efficacité des pratiques pédagogiques différenciées, cette recherche identifiera des pistes d'intervention en formation initiale et continue des enseignants visant à accroître la réussite scolaire des élèves à risque. Pour assurer la réussite du projet, d'étroits partenariats avec les milieux de pratique ont été établis. Ainsi, la Fédération des syndicats de l'enseignement, la Fédération des commissions scolaires du Québec, le Centre de transfert pour la réussite éducative au Québec et les commissions scolaires Crie, du Littoral et Marie Victorin sont associés à ce projet.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Yamina Bouchamma, Université Laval
Yvonne Da Silveira, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Luc Prud'Homme, Université du Québec à Trois-Rivières  

Membres collaborateurs

Guy Aublet, Commission scolaire Marie-Victorin
Serge Baillargeon, Fédération des commissions scolaires du Québec
Bengaly Diarra, Commission scolaire crie
Pauline Ladouceur, Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE)
Liliana Maria Marca Vadan, CSSS du Grand Littoral
Renée Pinard, Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec

 

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de trois et le rapport final est attendu pour le 15 août 2014.