Planifier la transition de l'école à la vie adulte (TÉVA) des jeunes handicapés : quelles sont les meilleures pratiques pour le Québec?

 

Chantal Desmarais

Université Laval

 

Action concertée : Jeunes handicapés au Québec : vers un modèle optimal de transition de l'école à la vie active

Volet: Projet de recherche

Partenaires : L'Office des personnes handicapées du Québec et le Secrétariat à la jeunesse

Pour les jeunes vivant avec une incapacité, le passage de l'école et de l'adolescence vers des activités de la vie adulte représente un défi et requiert un soutien important. Des statistiques récentes du Ministère de l'éducation et de l'enseignement supérieur révèlent notamment que le taux de décrochage chez les élèves vivant avec une incapacité est quatre fois plus élevé que chez la population en général. En effet, dans leur trajectoire de vie, ces jeunes doivent composer avec certaines limitations qui ont un impact sur le cheminement vers l'autonomie et vers des activités telles que l'emploi, la formation post-secondaire, les loisirs, le transport, le logement. Pour répondre à ces besoins, la planification de la transition de l'école à la vie active (TÉVA) se veut une démarche coordonnée d'activités intégrées au plan d'intervention et au plan de services individualisé et intersectoriel de l'élève visant l'accompagnement du jeune lors du passage de l'école vers sa vie d'adulte. Aux États-Unis, le National Technical Assistance Center on Transition s'intéresse à la TÉVA pour les jeunes handicapés et fait la promotion des pratiques de soutien exemplaires en la matière. Les sources mises de l'avant incluent une taxonomie récente de pratiques soutenant la mise en œuvre de la TÉVA pour les jeunes d'âge scolaire vivant avec une incapacité qui sert de cadre conceptuel à l'étude proposée. Cette approche permet d'optimiser l'expérience scolaire du jeune ainsi que la TÉVA par des stratégies structurantes dès le début de l'école secondaire. Pour les écoles secondaires américaines, la taxonomie propose cinq catégories interreliées de pratiques de la TÉVA, soit (1) la planification ciblée, (2) le soutien au développement des élèves, (3) la collaboration intersectorielle, (4) l'engagement familial et (5) la structure du programme. Ces 5 catégorie de pratiques nous apparaissent pertinentes et potentiellement transférables au contexte québécois et serviront donc de cadre de référence au projet qui sera mené par une équipe multidisciplinaire incluant 9 chercheurs, 4 collaborateurs de milieux de pratique ainsi que 2 jeunes handicapés et 2 parents. Trois objectifs sont poursuivis. (1) Une recension des écrits effectuée selon des normes rigoureuses permettra de répertorier les recherches nord-américaines qui font état des meilleures pratiques en matière de TÉVA; (2) un scan environnemental des sites web des commissions scolaires du Québec et un questionnaire serviront à analyser les pratiques en place au Québec et à déterminer celles qui présentent la plus grande cohérence avec les meilleures pratiques mises en évidence à l'objectif 1 puis (3) une évaluation approfondie des programmes de TÉVA estimés comme étant les plus prometteurs viendra confirmer les caractéristiques des programmes qui devraient servir de modèles pour un déploiement de démarches de TÉVA dans toutes les régions du Québec. Les retombées du projet incluent divers produits de transfert de connaissance incluant des synthèses pour les partenaires de cette action concertée, des présentations et publications ainsi qu'une formation en concertation avec les milieux preneurs à la fin du projet.

Appel de propositions
Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 2 ans, le montant total octroyé est de 149 606$ et le rapport final est attendu pour le 30 septembre 2020