Nature et béton : une symbiose inusitée ?

 

Tatjana Leblanc

Université de Montréal

 

Domaine : création artistique et littéraire

Programme appui à la recherche-création

Concours 2018-2019

L'urbanisation massive affecte l'environnement et la qualité de vie des citadins. Avec l'essor du développement urbain, et la « bétonisation » de la ville, on observe une diminution des espaces naturels et l'augmentation des îlots de chaleurs. Le concept  de «ville durable» est donc au cœur des discussions et alimente les débats sur l'écologie urbaine, la nature en ville, et la qualité du cadre de vie.

En conséquence, de nouvelles perspectives émergent et mobilisent plusieurs disciplines, dont le design industriel, qui s'interrogent sur la manière de (ré) introduire la nature en ville. Pour le GRAD (Groupe de recherche en aménagement et design), le béton s'est rapidement imposé comme l'objet d'étude à cause de son omniprésence, obsolescence prématurée, impact environnemental, et qualité perçue ... En outre, le manque de diversité d'applications et de registre de formes et textures contribue à la mauvaise réputation de la matière. À la lumière de ces constats, on peut se demander si la nature et le béton sont vraiment incompatibles. Son usage est-il optimal ? Quel est son avenir ?

Les avancées technologiques dans le domaine du béton (écologique (UHPGC), autoréparable, végétalisable, transparent…) et les nouvelles techniques de mise en forme (impression 3D, moules en textiles) nous montrent que cette matière a beaucoup à offrir et son potentiel n'est pas assez mis en valeur. Celles-ci ouvrent des portes à de nouvelles créations, inimaginables auparavant. Le design doit donc aussi s'interroger sur la mise en valeur de ces nouveaux matériaux et leur vieillissement et réemploi en fin de vie. Cette dimension temporelle de l'objet, des matériaux, et de l'usage (équipement, mobilier urbain) est souvent négligée. Le besoin de révéler la beauté d'un design intelligent, durable, consciencieux de l'humain et de l'environnement se fait sentir plus que jamais.

Basé sur ces constats, ce programme de recherche-création propose de s'engager dans une démarche de design orienté par la recherche pour explorer le potentiel de cette matière et révéler la dimension « sensible » du béton en l'associant à la nature. Il se déroulera en trois volets (analytique, exploratoire, conceptuel) et répondra aux trois objectifs suivants: 1) comprendre les enjeux et envisager des nouvelles applications pour les matériaux comme le béton écologique, 2) explorer les possibilités permettant de changer la perception du béton par des textures et assemblages sensibles et surprenants et un design qui met en lumière la dimension esthétique de la matière et ses nouvelles qualités, et 3) concevoir des équipements (mobilier urbain, installations, infrastructures) écoresponsables, durables et esthétiques pour améliorer l'habitabilité de la ville.

La démarche analytique et exploratoire permettra d'identifier les opportunités de design, de manipuler et tester la matière en l'exposant aux intempéries et stress accéléré, d'observer son vieillissement et les effets (visuels, tactiles, acoustiques), et de développer un nouveau langage formel (compositions, plasticité, amalgames. Le but est de proposer 6 concepts de mobilier urbain (deux/an) qui structurent les espaces en incluant la nature (eau, végétation) et qui ont le potentiel de changer la perception de cette matière trop souvent « mal-aimée ».