Mettre en œuvre des pratiques différenciées pour favoriser le développement des compétences à rédiger d'élèves du primaire en milieu défavorisé

 

Mirela Moldoveanu

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture et la lecture

Volet : Projet de recherche-action

Partenaire : Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement Supérieur

En 2006, Morin et Montésinos-Gelet mettaient au jour que 50% des élèves du Québec peuvent être considérés fragiles ou incompétents en écriture, ce qui a des effets négatifs sur leur réussite scolaire dans toutes les matières et entraîne un taux élevé d'abandon de l'école avant d'obtenir un diplôme. Dans le but d'identifier des pistes d'action pour soutenir le développement de la compétence à rédiger des élèves à risque, des recherches récentes auprès de populations scolaires vulnérables montrent que les pratiques différenciées contribuent à augmenter l'engagement scolaire des élèves et à compenser les effets d'un plus bas niveau de stimulation cognitive et d'accompagnement à la maison (Archambault et coll, 2015; Janosz et coll, 2013; Moldoveanu et coll, 2015). La mise en œuvre consciente et systématique de pratiques différenciées par les enseignants se heurte toutefois à certains défis, dont l'absence d'une compréhension partagée du construit et de ses cadres d'opérationnalisation (Prud'homme et coll, 2006). En croyant que chaque pratique a le potentiel de devenir efficace si utilisée avec jugement, au moment approprié, auprès de la clientèle scolaire appropriée et en cohérence avec les objectifs d'apprentissage visés (Moldoveanu et coll, 2015), nous proposons une recherche-action qui vise à développer une vision commune des participants au sujet des pratiques différenciées et de leur mise en œuvre lors de l'enseignement de l'écrit auprès d'élèves de milieux défavorisés. Ces cadres construits par et avec les enseignants participants seront appuyés par les points de vue des élèves concernés. Enfin, par le moyen d'une mise en pratique pendant deux années scolaires, accompagnée par l'équipe de chercheuses, ces cadres seront validés autant du point de vue de leur faisabilité en salle de classe que de celui de leur adéquation aux besoins des élèves. Cette recherche-action impliquera quinze enseignantes du primaire en milieu défavorisé et leurs élèves des 2e et 3e cycles. Étalé sur trois ans, ce projet mobilisera les cadres de référence que nous avons développés pour définir la différenciation pédagogique et les pratiques différenciées et pour opérationnaliser ces dernières (Moldoveanu et coll., sous presse), que les participants à ce projet seront appelés à bonifier et à mettre à l'essai pendant deux années scolaires en enseignement de l'écrit. Les effets de cette expérimentation sur l'apprentissage des élèves seront évalués. Les construits d'apprentissage, de rapport à l'écrit et de compétence scripturale structurent également ce projet, qui vise à atteindre les résultats suivants : 1) documenter le processus de décision des enseignants concernant le choix des pratiques à mettre en oeuvre auprès de leurs élèves afin de favoriser le développement des compétences à rédiger; 2) apporter des éclairages concernant les perceptions des élèves au sujet des pratiques utilisées par les enseignants et de leurs effets sur le développement des compétences à rédiger; 3) identifier les conditions de succès des pratiques d'enseignement de l'écrit, à travers une analyse contextuelle des pratiques et une évaluation constante de leurs impacts sur l'apprentissage des élèves.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Cochercheurs

- Nancy Beausoleil, Commission scolaire des Samares
- Isabelle Carignan, Université de Sherbrooke
- France Dubé, Université du Québec à Montréal
- Caroline Gauthier, Commission scolaire des Samares
- Marie-Hélène Giguère, Université du Québec à Montréal

Membres collaborateurs

- Natasha Brassard, Commission scolaire de la Pointe- de- l'Île
- Diane Péloquin, Commission scolaire des Patriotes

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 175 000 $. Le rapport final est attendu pour le 1er juillet 2019.