Membre du comité d'audit : une fonction à risque

 

Tiphaine Compernolle

Université Laval

 

Domaine : personnes, communautés et vie sociale

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

La gouvernance corporative est devenue un sujet sensible ces 20 dernières années, questionnée par plusieurs crises; celle déclenchée par l'affaire Enron en 2000 et la crise des subprimes de 2008 ont été les plus  marquantes. Dans les deux cas, l'institution du conseil d'administration a été montrée du doigt. La gouvernance est source de risque systémique, mais aussi de risques personnels pour les acteurs qui la pratiquent, à l'instar des membres de comité d'audit (CAU). Ces acteurs, comme tout un chacun désormais, réfléchissent leurs actions en fonction des risques personnels associés (Beck, 1999). La gestion de ces risques les amène à suivre des pratiques problématiques pour la qualité de la gouvernance (Hunton et Rose, 2008; Bargeron et al., 2010). Aussi, la perception de risques personnels par les membres de CAU est un objet de recherche pertinent, étudié ici à travers 3 objectifs : identifier les risques personnels perçus par ces acteurs, éclairer leurs stratégies pour les gérer et les conséquences sur la gouvernance, analyser l'inscription culturelle de la perception de ces risques.

En effet, nous analyserons théoriquement la perception du risque comme un phénomène culturel, influencé par l'appartenance à un groupe social (Douglas, 1992). Pour répondre aux objectifs, nous mènerons 30 entretiens : les participants seront amenés à établir une carte de leurs risques personnels (1er objectif), à répondre à des questions (2ème et 3ème objectifs). L'analyse des données contribuera à mieux comprendre notre « société du risque », à éclairer les régulateurs quant aux conséquences des règles adoptées sur la qualité de la gouvernance.