Maternité et paternité en contexte de violence conjugale : problématiques associées et enjeux de concertation

 

Geneviève Lessard

Institut national de santé publique du Québec

 

Action concertée : Programme de recherche sur la violence conjugale - Concours juin 2014

Volet : Projet de recherche-action

Partenaire : Ministère de la Santé et des Services Sociaux

Plusieurs recherches ont montré que la cooccurrence de violence conjugale (VC) et de toxicomanie ou de problèmes de santé mentale chez les parents est un cas typique et non une exception, particulièrement dans les populations cliniques. En situation de cooccurrence, les conséquences sont plus graves en ce qui a trait à la sécurité et au développement des enfants et aux défis relatifs à l'exercice de la paternité et de la maternité. Cette cooccurrence pose aussi des défis majeurs pour l'offre d'une aide intégrée aux familles. Cette recherche-action répond directement aux quatre priorités de l'axe 2. Elle inclut deux volets qui, à partir d'une méthodologie mixte quantitative et qualitative, permettront à la fois de développer les connaissances sur les problématiques parentales associées à la VC, en plus de proposer et d'expérimenter des solutions visant l'amélioration des services offerts aux parents et aux enfants. Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants: 1) décrire les caractéristiques individuelles, familiales et socio-économiques associées à la cooccurrence de VC et de toxicomanie ou de problèmes de santé mentale chez les parents; 2) comparer les caractéristiques des familles et des situations de cooccurrence selon que les données sont issues d'échantillons cliniques ou populationnel; 3) cerner l'expérience et les points de vue des familles (mères, pères et adolescents) à l'égard des difficultés vécues en situation de cooccurrence de VC et d'autre(s) problématique(s) parentale(s); 4) explorer les points de vue des familles à l'égard des services consultés et leurs recommandations pour améliorer l'aide offerte; 5) discuter des implications concrètes des résultats obtenus aux objectifs 1 à 4 avec des intervenants et des gestionnaires, afin d'identifier les principales pistes d'action à prioriser pour mieux répondre aux besoins des familles en situation de cooccurrence; 6) adapter et expérimenter une stratégie novatrice de concertation tenant compte des principales pistes d'action identifiées pour répondre aux besoins complexes de ces familles. La recherche-action s'appuie sur deux cadres conceptuels complémentaires: le féminisme intersectionnel et la sociologique de l'innovation. Elle sera réalisée par une équipe solide composée de sept chercheurs et huit milieux de pratique tous experts dans le domaine. La pertinence du projet réside dans le fait que les intervenants sont actuellement peu soutenus dans leurs efforts pour améliorer leur compréhension des effets du cumul des problématiques sur les capacités parentales et pour collaborer avec les autres ressources. Il répond à des préoccupations concrètes auxquelles se butent régulièrement les intervenants et il aura des retombées importantes pour les services et les familles, puisque le modèle de recherche-action retenu favorisera une aide plus adaptée aux besoins des enfants et de leurs parents ainsi que des interventions mieux concertées entre les ressources. De plus, le positionnement stratégique des partenaires du projet dans le réseau des services sociaux en VC (associations, tables de concertation, directions d'établissement) facilitera le déroulement du projet et le réinvestissement des résultats de recherche dans l'intervention.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Chantal Lavergne, Centre Jeunesse de Montréal - Institut universitaire
France Nadeau, Centre Jeunesse de Québec
Kathy Mathieu, Table Carrefour Violence Conjugale Québec Métro
Kristina Vitez, Centre Jeunesse de Montréal - Institut universitaire
Lise Laporte, Centre Jeunesse de Montréal - Institut universitaire
Louise Riendeau, Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale
Manon Monastesse, Fédération de ressources d'hébergement pour femmes violentées et en difficulté du Québec (FRHFVDQ)
Marie-Claude Alain, CSSS de la Vieille-Capitale
Marie-Ève Clément, Université du Québec en Outaouais
Marie-Marthe Cousineau, Université de Montréal
Patricia Gagné, Table de concertation en violence conjugale de Montréal
Sonia Hélie, Centre Jeunesse de Montréal - Institut universitaire
Sylvie Lévesque, Université du Québec à Montréal
Valérie Meunier, Groupe d'Aide aux Personnes Impulsives (GAPI)

 

Membres collaborateurs

Annie Sapin Leduc, Centre de réadaptation en dépendance de Montréal – Institut universitaire (CRDM-IU)
Annie-Claude Savard, Université Laval
Chantal Bourassa, Université de Moncton
Dominique Damant, Université de Montréal
Francine Ferland, Centre de réadaptation en dépendance de Québec
Ghaida Hassan, Centre Jeunesse de Montréal - Institut universitaire
Gilles Tremblay, Université Laval
Nadine Blanchette-Martin, Centre de réadaptation en dépendance de Chaudière-Appalaches
Pierre Turcotte, Université Laval
Simon Lapierre, Université d'Ottawa
Suzanne Léveillée, Université du Québec à Trois-Rivières
Valérie Roy, Université Laval

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 222 083 $, soit 174 869 $ alloué à la recherche et 47 214 $ alloué aux frais indirects de la recherche (FIR). Le rapport final est attendu pour le 1er août 2018.