Les six suites pour violoncelle seul de J. S. Bach: analyse, interprétation et contexte

 

Edward Klorman

Université McGill

 

Domaine : arts, littérature et société

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Les six suites pour violoncelle seul de Bach constituent la pierre angulaire du répertoire pour cet instrument. Tous les étudiants et les violoncellistes professionnels, ainsi que les altistes et les contrebassistes, travaillent ces œuvres, mais les nombreux mystères qui les entourent posent des défis pour l'interprétation. La principale difficulté réside dans le fait que le manuscrit d'autographe, qui aurait pu servir de source autorisée pour le texte musical, est aujourd'hui perdu. Les seules sources disponibles sont des copies transcrites par la femme du compositeur (Anna Magdalena), un de ses étudiants (J. P. Kellner) et deux copistes anonymes. Par conséquent, les musiciens qui jouent ce répertoire sont confrontés à d'importantes difficultés en ce qui a trait au choix des phrasés, des articulations et mêmes des notes, puisque les différentes transcriptions ne concordent pas entre elles.

Un deuxième défi relève des appartient aux différentes sous-disciplines du domaine de la musique. Plus précisément, bien que les suites aient été étudiées par des spécialistes de la musicologie historique, de l'analyse musicale et des pratiques d'interprétation historiques, ces approches sont généralement considérées isolément. En outre, les musicologues n'ont pas suffisamment reconnu la contribution des interprètes dans leurs recherches. Par exemple, la grande variété des sources documentant les visions artistiques des violoncellistes (qui comprend les enregistrements, les vidéos et les éditions de partitions annotées) est rarement prise en compte dans les travaux musicologiques. Ce projet propose une étude intégrée qui s'intéresse à la fois à l'ensemble des sources produites par les interprètes et aux différentes perspectives musicologiques. L'objectif est de faire dialoguer ces points de vue qui souvent restent disparates.

La partie analytique de ce projet utilisera la méthodologie de « basse fondamentale imaginaire » (définie dans la proposition) pour clarifier certains détails difficiles de l'harmonie. Ces résultats ont des implications pour les interprètes, car les musiciens de l'ère de Bach comptaient sur leur connaissance de l'harmonie pour faire des choix d'interprétation. Le projet examinera alors de quelle manière l'expérience d'une telle analyse peut fournir des informations que les musiciens pourraient utiliser pour leurs interprétations.

Le chercheur principal, Edward Klorman, possède une double expertise en interprétation et en musicologie, et est diplômé du Conservatoire Juilliard et de la City University of New York. L'équipe de recherche comprendra des étudiants des départements de recherche en musique et d'interprétation de l'École de musique Schulich de l'Université McGill. L'objectif de cette approche est de cultiver l'interaction et le dialogue entre l'interprétation et la musicologie à toutes les étapes de la recherche. Ce projet donc vise à devenir un catalyseur de l'échange entre les différents champs de recherche qui n'interagissent généralement pas.

Le résultat final du projet sera la publication d'un livre sur ces six suites, intégrant des questions analytiques, historiques, stylistiques et interprétatives. Ce livre sera également intéressant pour les musicologues et les interprètes. Parallèlement au développement de ce livre, le chercheur principal écrira trois articles scientifiques abordant des problèmes d'analyse et d'interprétation liés aux suites pour violoncelle de Bach.