Les métadiscours de la pornographie, outils de fabrication de nouveaux marchés

 

Arnaud Anciaux

Université Laval

 

Domaine : médias, communications et information

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

 Concours 2018-2019

Le développement du web et de l'internet accessible au grand public depuis plus d'un quart de siècle a créé l'environnement de nombreuses transformations des industries des médias, de la culture et de la communication. Leurs structures de financement, les modalités de production et les rapports aux consommateurs s'en sont ainsi trouvés fortement questionnés. C'est dans ce contexte que ce projet souhaite comprendre les transformations d'un espace particulier, celui des industries de la pornographie et de ses contenus, devenus des produits de consommation de masse, mais qui ne sont pas encore pleinement étudiés comme tels. Mise fréquemment en question – voire en cause – dans l'espace public où elle innerve une activité aux multiples visages, la pornographie devient progressivement l'objet d'une importante attention sociale, culturelle et académique, tandis que l'industrie développe certaines stratégies et discours de légitimation, tout en se voyant contestée pour des raisons morales, éthiques ou politiques notamment.

Nombre d'auteurs soulignent le manque d'analyse économique portant sur ces industries.  Elles partagent pourtant des traits communs avec d'autres industries culturelles, qu'elles permettraient d'éclairer sous un jour nouveau, tout en soulevant des questions spécifiques, notamment sur les rapports de forces et la concurrence observables autour des plateformes numériques qui rendent accessible gratuitement de très nombreux contenus, et facilitent la distribution d'une production faite par des amateurs, mais valorisée par l'industrie et ses marchés.

C'est à ce manque que le présent projet veut apporter une réponse fondée sur les interrelations entre stratégies économiques et discours au cœur de ces industries. Il s'agira notamment de comprendre comment se construisent de nouvelles possibilités sociotechniques et socioéconomiques, ouvrant autant de nouveaux marchés pour les industries et les acteurs qui y participent, et pouvant constituer – si l'on prend du recul dans le temps – l'un des traits caractéristiques de ces industries et des enjeux auxquelles elles font face depuis plusieurs décennies.

Pour ce faire, ce projet va investir et étudier les métadiscours de la pornographie, à savoir les discours – principalement publics – portant sur la pornographie et contribuant à dessiner certaines innovations, fabriquer de nouveaux modèles socioéconomiques et créer des imaginaires de valorisation et de rapports renouvelés entre industries, travailleurs et consommateurs. Comment les métadiscours peuvent-ils participer à l'effacement d'antagonismes existants entre tous ces acteurs, ou au contraire mobiliser certaines conflictualités pour revendiquer de nouveaux espaces (comme une partie de la méta-pornographie féministe par exemple) ? Plusieurs démarches d'analyse de discours seront pour cela mobilisées sur différents corpus, regroupant à la fois des littératures professionnelle, scientifique, ou tournées vers le « grand public », afin d'étudier quels sont les cadrages et dynamiques de représentations qui sont à l'œuvre pour fabriquer de nouveaux marchés pour la pornographie en ligne. Au final, ce projet pourra ouvrir de nouvelles voies de réflexion et de connaissances scientifiques, au carrefour de plusieurs approches, et apporter une compréhension plus développée d'un secteur ayant acquis une importance forte dans la consommation et la société.