Les effets cumulatifs du manque de sommeil et d'un taux légal d'alcoolémie (0.03%) sur la conduite des jeunesconducteurs : l'influence de l'âge, du sexe et des facteurs cognitifs

 

Thomas G. Brown

Institut universitaire en santé mentale Douglas

 

Action concertée : Programme de recherche en sécurité routière  - Lancement : avril 2012

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) et Le Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQS) 

La conduite avec facultés affaiblies par l'alcool est l'une des principales causes d'accidents de la circulation(ADLC) chez les jeunes conducteurs (<26 ans) et le Québec n'est pas épargné par ce fardeau. À un taux d'alcoolémie (TA) comparable, les conducteurs de moins de 21 ans sont cinq fois plus à risque d'avoir un ADLC que ceux âgés de 30 ans ou plus. Ces résultats, qui n'expliquent pas les mécanismes sous-jacents, ont fourni les bases du règlement de Tolérance Zéro pour la consommation d'alcool chez les jeunes conducteurs de 21 ans ou moins en Amérique du Nord et, plus récemment, au Québec (depuis le 15 avril 2012). D'autre part, le manque de sommeil, la troisième cause la plus importante des décès sur la route au Québec, est fréquent chez les jeunes adultes, ce qui pourrait intensifier leur vulnérabilité routière, même à un faible TA.

La littérature scientifique n'explique pas de quelle manière le manque de sommeil et un faible TA augmentent le risque d'ADLC chez nos jeunes ni comment à la fois l'âge et le sexe peuvent être des facteurs de vulnérabilité supplémentaires. Il existe donc un besoin pour des études multifactorielles afin de répondre à cette lacune qui est en lien avec l'axe 1.1, c'est-à-dire identifier les facteurs contribuant à l'insécurité routière. Notre étude vise donc à étudier les effets du manque de sommeil associé à un faible TA sur la conduite des jeunes conducteurs, ce qui vient toucher les deux plus importants facteurs de risque d'ADLC au Québec. 

Pour cette étude, de jeunes conducteurs (N=350) répartis en groupes selon le sexe (masculin et féminin) et selon l'âge (18-21 ans, 22-25 ans et 30-34 ans) seront recrutés. En utilisant des méthodes d'essai clinique randomisées, les participants seront testés sur un simulateur de conduite sous une de ces cinq conditions : 1) TA=0% et sommeil normal; 2) TA=0,03% et sommeil normal; 3) TA=0% et manque de sommeil d'environ 6 heures; 4) TA=0,03% et manque de sommeil d'environ 6h; et 5) TA=0,05% et sommeil normal. Le dernier groupe est l'indicateur des lois existantes. La comparaison des performances observées dans les quatre premiers groupes, en particulier le quatrième, versus le cinquième groupe permettra de démontrer la contribution des deux facteurs importants dans la conduite avec facultés affaiblies. Les résultats serviront à l'élaboration de politiques (par exemple l'extension de la Tolérance Zéro, une restriction de conduite pendant la nuit) et d'interventions dans le domaine de la santé publique (par exemple la sensibilisation ciblée). Ceci contribuerait à la réduction de l'impact catastrophique des accidents de la circulation sur la santé des jeunes Québécois et à générer des connaissances pour combattre ce problème au Canada et dans les autres pays affectés.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Antoine Bechara, Centre de recherche Hôpital Douglas
Reut Gruber, Institut universitaire en santé mentale Douglas
Marie Claude Ouimet, Université de Sherbrooke 

Membres collaborateurs

Junaid Bhatti, Institut universitaire en santé mentale Douglas
Jacques Tremblay, Institut universitaire en santé mentale Douglas

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans, le montant total octroyé est de 149 286 $ et le rapport final est attendu pour le 1er avril 2016.