Le rôle social de l'éducation : entre la protection et la mobilité sociales

 

Pierre Doray

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Pauvreté et exlusion sociale - Phase 3

Volet : Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport et la  Société d'habitation du Québec

Notre proposition porte sur la capacité de l'éducation d'être ou non un outil de protection sociale à l'exclusion ainsi qu'un ascenseur social, ce que nous pouvons considérer comme son rôle social. Pour ce faire, il convient de s'interroger sur le rôle de l'éducation dans la production et la réduction des inégalités sociales et sur sa capacité à produire de la mobilité sociale. Notre proposition se conjugue en trois volets. Le premier porte sur les inégalités scolaires comme source possible d'exclusion, le second sur la contribution de la formation continue à la réduction des inégalités et sa capacité à pallier à une scolarité initiale problématique et le troisième sur les articulations entre parcours scolaires, insertion et carrière professionnelles afin de dégager les facteurs favorables à l'intégration sociale des personnes et contrer l'entrée dans la précarité et la pauvreté. Nous chercherons à savoir si ce rôle est le même selon différentes catégories et situations sociales. Elle intègre une démarche historique fondée sur la question suivante : ce rôle a-t-il évolué au cours des 40 dernières années? Elle est aussi originale par l'adoption d'une approche longitudinale, en s'interrogeant sur les inégalités des parcours scolaires, sur la contribution de la formation continue à l'obtention d'un diplôme au-delà de la formation initiale et, de ce fait, à la réduction des inégalités professionnelles et économiques. Notre approche se veut aussi comparative, en confrontant la situation québécoise avec celle qui prévaut dans les autres provinces du Canada et dans d'autres sociétés.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Pierre Chenard, Université de Montréal
Pierre Canisius Kamanzi, Université de Montréal
Benoît Laplante, Institut national de la recherche scientifique (INRS)
Stéphane Moulin, Université de Montréal
France Picard, Université Laval
Annie Pilote, Université Laval

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 159 950 $. Le rapport final est attendu pour le 1er octobre 2018.