Le paradoxe collaboratif : tester le modèle et compréhension de ses effets

 

Harold Boeck

Université de Sherbrooke

 

Domaine : gestion des organisations

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2011-2012

Dans le cas de l'adoption d'une technologie qui supporte la gestion de la chaîne d'approvisionnement (Supply Chain Management, SCM), une entreprise peut, dans certains cas, avoir recours à des mesures coercitives. Le paradoxe collaboratif a lieu lorsque certains clients, dans le but d'améliorer la collaboration avec leurs fournisseurs, déstabilisent les relations qu'ils entretiennent avec ceux-ci. Les observations sur le terrain semblent contredire plusieurs croyances actuelles que les initiatives interentreprises tendent à être collaboratives et nous rappellent qu'on en connaît peu en matière d'adoption de technologies de SCM.

Ce projet d'étude vise à : 1) valider les bases théoriques du paradoxe collaboratif par une approche quantitative; 2) comprendre l'effet sur les relations interentreprises lorsque les pressions coercitives sont utilisées; 3) identifier l'impact de l'adoption d'une technologie interorganisationnelle sur la création de valeur lorsqu'il y a présence de pressions coercitives; 4) identifier les stratégies utilisées par les PME qui génèrent le plus de valeur dans un tel contexte. Le projet sera basé dans un premier temps sur une collecte de données par sondage et aura des fins confirmatoires. Puis, des études de cas multiples, avec un maximum de 27 entreprises dans trois chaînes d'entreprises indépendantes, viseront à expliquer les effets du paradoxe collaboratif. Les retombées du projet : quatre publications seront diffusées dans des congrès et revues scientifiques et deux étudiants inscrits à la maîtrise bénéficieront d'une expérience de recherche.