Le féminisme face aux défis du pluralisme : les pratiques différenciées de l'intersectionalité des mouvements de femmes en Ontario, au Québec et en France

 

Éléonore Lépinard

Université de Montréal

 

Domaine : gouvernance

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2010-2011

Les sociétés démocratiques libérales sont confrontées à la question de l'inclusion sociale, politique et économique des minorités issues de l'immigration. Or on dispose de peu de recherches sur la façon dont, dans ces sociétés, les acteurs sociaux sont affectés par ces changements politiques majeurs et contribuent par leur action à l'inclusion ou l'exclusion des minorités.

Ce projet analyse : (i) comment les mouvements pour les droits des femmes s'adaptent aux demandes d'inclusion politique de minorités ethniques et religieuses issues de l'immigration; et (ii) comment ils participent à reconfigurer les politiques d'inclusion de ces minorités par leur action politique. Il cherche spécifiquement à expliquer et à analyser l'adoption, ou non, par les mouvements de femmes de pratiques de reconnaissance des différences entre femmes liées à l'intersection entre plusieurs rapports de pouvoir : de genre, d'ethnicité et de religion.

Pour répondre à cette question de recherche, ce projet s'appuie sur un terrain empirique qualitatif et comparatif avec trois cas : l'Ontario, le Québec et la France. La comparaison vise à tester la force explicative des variables exogènes aux organisations féministes et qui contraignent ou favorisent leur adoption de pratiques de l'intersectionalité (régime d'inclusion des minorités, régulation juridique, institutions). Elle se double d'une comparaison, pour chaque cas, de plusieurs organisations féministes, qui permettra de faire varier les facteurs endogènes aux mouvements (identité, intérêts, idées).