La transformation des approches féministes face à la nécessité intersectionnelle : une étude de cas avec le Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel

 

Geneviève Pagé

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : personnes, communautés et vie sociale

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2015-2016

Cette recherche-action vise à observer, documenter et analyser les transformations et le changement de paradigme qui s'opèrent à travers la démarche de formation entreprise par le Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS) afin de renouveler son approche féministe sous la nécessité intersectionnelle. En effet, le RQCALACS accorde une attention renouvelée aux outils théoriques comme l'intersectionnalité qui porte la promesse d'éviter le piège de la compétition entre les différentes formes d'oppression et leur mise en opposition, permettant ainsi de considérer les réalités des femmes dans leur diversité (Anthias, 2005; Bilge 2009&; Collins, 1998).

Pour réaliser ce projet qui se déroule en plusieurs phases, une série d'observations participantes sur plusieurs jours lors de formation avec les travailleuses et militantes permettront d'extraire les défis et les bons coups dans la concrétisation de cette approche. Les résultats escomptés permettront notamment d'améliorer la compréhension de l'application d'une approche intersectionnelle par les groupes de femmes de la base, répondant ainsi à une des difficultés liées à l'insertion de cette approche dans les pratiques des groupes de la base (Corbeil et Marchand, 2010; Poiret, 2005). Les retombées importantes de cette recherche se situent au niveau de l'élaboration de pratiques et structures plus inclusives, reflétant la diversité des femmes survivantes d'agressions sexuelles.