La rétroaction corrective en écriture en l2 : effets de la technique, du niveau de l'apprenant, du genre et du type de l'erreur

 

Ahlem Ammar

Université de Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture et la lecture

Volet : Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement Supérieur

Au Québec, l'apprentissage de l'écriture et l'enseignement de la langue à travers l'écriture sont au cœur des préoccupations des milieux scolaires qui, en collaboration avec le ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR), établissent des priorités d'actions et introduisent des dispositifs pour faciliter l'apprentissage des élèves. La rétroaction corrective à l'écrit contribue à l'apprentissage de la langue seconde et au développement de la compétence à écrire (Kang & Han, 2015). Il importe donc d'identifier les meilleures pratiques rétroactives susceptibles de maximiser cet apprentissage. C'est ce que propose ce projet en visant les priorités 3.1 (pratiques de rétroaction à l'écrit) et 1.2 (pratiques d'enseignement innovantes). Ancré dans une vision multidisciplinaire, ce projet vise à 1) évaluer les effets de deux techniques de rétroaction corrective, soulignement ou soulignement + indice métalinguistique, sur l'apprentissage du français langue seconde; 2) comparer les effets de deux conditions de révision (individuelle ou collaborative) et 3) déterminer les effets modérateurs du niveau de l'apprenant, de son genre (garçon - fille) et du type de l'erreur (syntaxe, orthographe grammaticale, orthographe lexicale). Quatre classes de français langue seconde au secondaire, volet immersion, participeront à cette étude quasi-expérimentale comprenant un pré-test, un post-test immédiat et un post-test différé. L'intervention expérimentale consiste à produire quatre textes auxquels les enseignants devront rétroagir selon les deux différentes conditions expérimentales. Les élèves auront, ensuite, à réviser leur textes individuellement ou en équipe de deux (révision collaborative). En plus de sa contribution aux connaissances sur le sujet de la rétroaction écrite, ce projet, qui aura lieu dans des salles de classes québécoises, fournira des données susceptibles de changer les pratiques enseignantes et de favoriser un enseignement différencié. Il contribuera ainsi au Plan d'action pour l'amélioration du français (MELS, 2008). Les résultats permettront la redéfinition d'éléments essentiels du Programme de formation à l'école québécoise.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Membres collaborateurs

- Martine Delsemme, Commission scolaire Lester B. Pearson
- Hélène Henri, Commission scolaire Riverside

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 149 705 $. Le rapport final est attendu pour le 1er juillet 2019.