La résilience dyadique à la fin du congé parental: Le rôle du bien-être conjugal, parental, et infantile, la co-parentalité, et du soutien des besoins psychologiques

 

Julie Laurin

Université de Montréal

 

Domaine : développement et fonctionnement des personnes et des communautés, et vie sociale

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Comme tout changement familial majeur, la transition qui se produit à la fin du congé parental est centrale à l'ajustement familial (Walsh, 2012). Jusqu'à présent, en comparaison à la transition à la parentalité ubiquitaire étudiée, celle-ci a été presque exclusivement étudiée en contexte économique, de conditions de travail et de retour au travail (Evertsson & Duvander, 2011; Pronzato, 2009). Toutefois, lors de cette transition, les couples de nouveaux-parents gèrent simultanément des difficultés conjugales, de perturbation de sommeil, d'une surcharge de rôle provenant d'exigences concurrentes, de défis d'équilibre travail-famille et des contraintes financières (Doss et al., 2009; Lipman & Boyle, 2008; Scher, 1991; Westrupp et al., 2016), il est ainsi intuitif de prévoir un risque de fonctionnement appauvri et une qualité de parentage moindre (Karreman et al., 2008; Krishnakumar & Buehler, 2000).

Pourtant, cette transition reste non étudiée et il est essentiel d'évaluer le fonctionnement des couples et familles à travers cette transition. Malgré qu'il est établi que le bien-être parental, leur stress et fatigue, leur capacité de soutenir leurs besoins mutuels, et leurs compétences en coparentalité sont des variables centrales sur l'ajustement du couple (par exemple, Nelson et al., 2014), ces variables ont rarement été étudiées ensemble et jamais dans un contexte d'influence / d'interdépendance entre partenaires ou lors de cette transition familiale. De plus, bien que les congés paternels exclusifs et congés parentaux partagés peuvent atténuer certains effets néfastes associés à avoir des enfants sur la satisfaction conjugale, ces effets n'ont été étudiés antérieurement que d'un point de vue intra-individuel, et non pas dans un contexte d'interaction entre partenaires. À l'aide d'une nouvelle perspective dyadique longitudinale, ce projet permettra de mieux comprendre la façon dont les couples et les bébés s'ajustent pendant la transition de la fin du congé parental (N = 200 couples de nouveaux-parents).

Le présent projet de recherche a trois objectifs distincts: 1) Modéliser des trajectoires développementales de satisfaction conjugale et de résolution des conflits avant, pendant et après cette transition (6, 12 et 18 mois après la naissance, T1, T2 et T3 respectivement) pour décrire le fonctionnement des couples au cours de cette transition; 2) Évaluer quels facteurs de risque et de protection (c.-à-d., besoins psychologiques satisfaits/entravés, bien-être, stress, fatigue et partage de la responsabilité parentale dans l'éducation des enfants) jouent un rôle clé dans la prédiction d'une trajectoire développementale spécifique (satisfaction du couple, conflits) au cours de cette transition. Ici, les trajectoires sont modélisées à partir de données provenant d'un même individu (effets d'acteur) et b) de leurs partenaires (effet partenaire) selon le modèle d'interdépendance Acteur-Partenaire (APIM, Kenny et al., 2006); 3) Modéliser les influences bidirectionnelles du fonctionnement psychosocial du bébé et du bien-être conjugal à travers la transition de la fin du congé parental. Étant donné le déclin de la satisfaction conjugale suivant la naissance (e.g., Nelson et al., 2014), mieux comprendre comment promouvoir la résilience conjugale et familiale lors de la fin du congé parental est un terrain fertile de recherche future.