La gestion des activités financières illicites au Canada : pour une sociologie des pratiques anti-blanchiment

 

Anthony Amicelle

Université de Montréal

 

Domaine : gouvernance

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Au Canada, bien que le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières (CANAFE) soit considéré comme la clé de voûte du dispositif contre le blanchiment d'argent (Gagnon & Bacher, 2004), ses activités ont peu retenu l'attention des chercheurs jusqu'à maintenant. Si les travaux consacrés à la lutte anti-blanchiment sont nombreux, ils ne s'attardent pas sur les pratiques de ce type de cellule de renseignement financier existant pourtant dans plus de cent pays.

Les travaux portent essentiellement sur 1) l'émergence et l'institutionnalisation de cette lutte, 2) la priorité donnée à la prévention du financement du terrorisme, et 3) les collaborations établies entre les forces de l'ordre et les opérateurs bancaires pour détecter les flux financiers suspects. Le présent projet aborde la lutte anti-blanchiment sous un angle inédit en partant des agents de CANAFE qui collectent, analysent et diffusent les renseignements émanant des milieux policiers et financiers. Alors que le dispositif anti-blanchiment est désormais présenté comme un moyen de surveiller et punir toutes les activités financières illicites, il s'agit donc de placer la focale analytique sur les pratiques des acteurs au cœur de ce dispositif. Avec l'étude des sources écrites variées sur la création et les missions de CANAFE, des entretiens seront notamment menés auprès des dirigeants et des agents de cet organisme afin de mieux comprendre la mise en œuvre de la lutte canadienne contre « l'argent sale ».