La création de la valeur à partir de la rente de monopole symbolique dans les médias sociaux : le cas de Facebook

 

Maxime Ouellet

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : médias et communication

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2015-2016

Nous désirons contribuer au débat sur la création de la valeur dans les médias sociaux en cherchant à comprendre comment la logique de valorisation financière ne repose pas sur une dynamique uniquement économique, mais également culturelle et communicationnelle. Notre hypothèse de recherche stipule que la création de la valeur dans les médias sociaux comme Facebook repose sur la valorisation de leurs actifs intangibles (leur valeur réputationnelle) dans la sphère boursière par la création d'une « rente de monopole symbolique » qui s'acquiert au moyen du contrôle de l'information et de l'image de marque. Notre méthodologie s'inscrit dans une perspective d'économie politique culturelle qui cherche à montrer l'importance des discours économiques dans la construction de l'économie. Il s'agit d'élaborer une méthodologie reposant sur l'analyse à la fois des discours et des chiffres. Nous utiliserons de nouveaux outils d'analyse des données massives (big data), comme ceux de data mining et de sentiment analysis, afin d'étudier le rôle des médias sociaux dans la constitution des conventions d'interprétation boursière.

Cette étude vise principalement à montrer comment se construisent les anticipations des marchés financiers quant à la capacité des entreprises de générer de la liquidité au moyen de la vente de publicité. En outre, nous documenterons les stratégies commerciales et communicationnelles visant à créer des revenus de manière rentière sans participer à la production. Nous procéderons finalement à une analyse des éléments graphiques et visuels de l'application Facebook afin de déterminer si sa configuration induit une forme de contrainte institutionnelle à la participation des usagers.