L'enseignement de l'orthographe lexicale et l'élève en difficulté : Développement et mise à l'essai d'un programme d'entrainement

 

Daniel Daigle

Université de Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture - Lancement : mai 2011

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

L'apprentissage de l'orthographe lexicale, c'est-à-dire l'orthographe normée des mots, constitue souvent un obstacle au développement de la compétence en écriture pour le jeune élève, en particulier pour l'élève en difficulté (MELS, 2006; Schmidt et al., 2003). Une des particularités de l'orthographe française est son irrégularité (Jaffré et Fayol, 1997; Seymour et al., 2003). En effet, pour bien la maîtriser, l'élève doit s'approprier les propriétés visuelles des mots qui ne relèvent ni de la mise en correspondance des phonèmes et des graphèmes, ni de la morphologie. L'absence de prise en compte des propriétés visuelles des mots explique une part très importante du taux d'erreurs observé en orthographe lexicale (Cassar et al., 2005; Chaves et al., 2010; Friend et Olson, 2008). Pour mieux comprendre l'appropriation de l'orthographe lexicale par le jeune élève, en particulier par l'élève qui éprouve des difficultés à l'écrit, il importe de s'intéresser aux pratiques liées à l'enseignement différencié de l'orthographe lexicale et de comparer différents contextes d'enseignement de manière à déterminer celui qui rend le mieux compte des apprentissages en orthographe lexicale. C'est ce qui est proposé dans ce projet qui vise principalement la priorité 4.1 de l'appel de propositions. Ancré dans une vision multidisciplinaire de la recherche sur l'écriture et à l'aide d'une méthodologie multidimensionnelle, ce projet rendra possible l'obtention de données qualitatives et quantitatives uniques au Québec. Dans un premier temps, en collaboration avec 15 enseignants oeuvrant principalement en milieu régulier, nous serons en mesure 1) de décrire les pratiques d'enseignement liées à l'orthographe lexicale et 2) de créer un programme d'enseignement ciblant l'orthographe lexicale inspiré de l'état actuel des connaissances dans le domaine et des principes de la pédagogie différenciée. Dans un deuxième temps, en mettant à l'essai le programme créé collectivement dans huit classes régulières de 2e année primaire intégrant des élèves en difficulté (au total, environ 180 élèves) et auprès d'élèves de même niveau scolaire issus de classes spéciales (environ 20 élèves), ce projet permettra de déterminer les modalités d'enseignement les plus susceptibles de favoriser l'apprentissage de l'orthographe lexicale et de comparer les performances des élèves en difficulté de celles des élèves dont le développement à l'écrit correspond aux attentes du milieu scolaire. Les résultats de ce projet novateur contribueront à combler un manque, particulièrement marqué au Québec, en fournissant des données de recherche descriptives et explicatives en lien avec la compétence en orthographique lexicale et les modalités de son enseignement et de son évaluation (priorités 4.1 et 3.1). Les résultats permettront aussi la redéfinition de certains contenus de cours offerts dans le cadre de la formation initiale des maîtres et de la formation continue (priorité 6.2). Enfin, ce projet fait écho aux préoccupations des milieux de l'enseignement et fournira des pistes de solutions pouvant être concrètement mises en place dans les milieux réguliers ou non et dont les impacts sont susceptibles de marquer positivement le succès de tous les élèves en écriture et, plus généralement, la réussite scolaire (Conseil supérieur de l'éducation, 2008; MELS, 2008). 

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Ahlem Ammar, Université de Montréal
Rachel Berthiaume, Université de Montréal
Isabelle Montesinos, Université de Montréal
Chantal Ouellet, Université du Québec à Montréal
Nathalie Prévost, Université du Québec à Montréal

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans et le rapport final est attendu pour le 30 juin 2015