Impact de la variabilité environnementale sur la dynamique des populations et l'évolution biologique et culturelle de la lignée humaine

 

Ariane Burke

Université de Montréal

 

Domaine : cultures, religions et civilisations

Programme soutien aux équipes de recherche

 Concours 2018-2019

Notre programme de recherche porte sur l'étude de l'impact de la variabilité environnementale sur l'évolution biologique et culturelle de la lignée humaine. Grace à une subvention d'équipe obtenue en 2014 nous avons élargi notre réseau de collaborations internationales et intersectorielles et crée une infrastructure commune et des outils méthodologiques et analytiques qui nous permettent d'étudier l'interaction entre les populations d'hominines et le milieu sous divers aspects. Les outils que nous avons développés (modèles spatiales, simulations paléoclimatiques et modélisations basées sur l'agent) nous permettent de mieux comprendre les variables environnementales qui ont influencé la répartition spatiale des populations préhistoriques et de mesurer leur impact sur la structure sociale et le comportement. Notre programme de recherche se prolonge désormais dans le temps et dans l'espace, regroupant 5 projets intimement reliés à la thématique de base. 

Le Projet 1 (en cours) étudie l'impact du dernier maximum glaciaire (DMG) sur la répartition spatiale et la structure des populations humaines en Europe et leur impact sur l'évolution culturelle. Le Projet 2 étudiera l'impact du réchauffement planétaire sur la dynamique des populations humaines et le processus de repeuplement en Europe du Nord et les régions alpines après le DMG. Le Projet 3 se concentrera sur la période précédant le DMG, entre 60,000 et 27,000 ans avant le présent, et l'impact de la variabilité climatique sur la dispersion des humains anatomiquement modernes (HAMs) en Eurasie ainsi que la disparition des néandertaliens. Ce processus, encore mal compris, a affecté le parcours évolutif de notre lignée ainsi que celle des néandertaliens. Des développements récents soulignent d'importantes lacunes dans notre compréhension de l'évolution des humains anatomiquement modernes (HAMs) et leur dispersion sur le continent africain au cours du Pléistocène moyen. L'impact des cycles de pluviosité sur la dynamique des populations de HAMs en Afrique sera donc évalué par le Projet 4 dans le but d'éclaircir ce mystère. Le Projet 5 (en cours) étudiera le contexte environnemental des premiers hominines en Afrique. Plusieurs travaux récents suggèrent que les premiers membres de notre lignée possédaient une grande versatilité, mais ces interprétations sont basées sur un échantillon biaisé de sites du Pliocène africain. L'objectif du projet 5 est de mieux définir les limites écologiques des premiers Australopithèques et de mettre en contexte leurs adaptations morphologiques.

Outre ces projets, l'équipe veillera à la collecte de nouvelles données paléoenvironnementales et paléoanthropologiques (Tâche 1) et le développement de modèles paléoclimatiques et analytiques (Tâche 2). À la fin de ce programme de recherche l'équipe fera une étude croisée des mécanismes et processus qui accompagnèrent l'émergence des hominines en Afrique, l'apparition des HAMs et leurs premières dispersions sur le continent africain et enfin, la dispersion des HAMs en Europe (Tâche 4). Cette dernière phase de notre programme de recherche nous permettra de mieux comprendre l'influence de la variabilité environnementale sur la dynamique des populations et son impact sur l'évolution culturelle de notre lignée à travers le temps.