Évolution, hérédité et infection : vers un concept écologique des « maladies infectieuses nouvelles » chez Charles Nicolle

 

Pierre-Olivier Méthot

Université Laval

 

Domaine : enjeux et vie humaine

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2015-2016

Ce projet en philosophie et histoire des sciences a pour objet la problématique les maladies nouvelles dans l'œuvre du microbiologiste français Charles Nicolle (1866-1936) ainsi que l'origine de la pensée écologique en médecine. L'enjeu fondamental consiste à mieux comprendre les aspects théoriques, expérimentaux et conceptuels qui ont permis à Nicolle de prédire l'évolution de nouvelles maladies, tout en situant ses écrits dans leur contexte. En plus du cadre évolutionniste, ce projet examine deux notions qui sont au fondement de son épistémologie des pathologies infectieuses : l'infection inapparente, à savoir la création de réservoirs de microorganismes chez les hôtes, ainsi que la formation de l'équilibre biologique comme principe fondamental de la vie. Selon Nicolle, lorsque cet équilibre est rompu, les microbes pathogènes, alors latents, peuvent redevenir virulents et occasionner l'explosion d'épidémies, voire l'émergence de maladies nouvelles. On cherchera à restituer les étapes dans la formation du concept de maladie nouvelle chez Nicolle en articulant la recherche en archives et l'analyse philosophique selon la méthode de l'épistémologie historique.

Ce projet proposera des clés de lecture nouvelles des maladies épidémiques contemporaines dans un contexte écologique, en plus de montrer pourquoi les travaux de Nicolle sont moins annonciateurs du concept plus récent de maladie émergente que l'aboutissement d'une longue tradition scientifique dont il est l'héritier.