Étude d'efficacité de la thérapie conjugale auprès de joueurs pathologiques

 

Joel Tremblay

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Action concertée :Programme de recherche sur les impacts socioéconomiques des jeux de hasard et d'argent - Concours 2009-2010

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Ministère de la Santé et des Services sociaux

Cette étude comporte deux objectifs : 1) évaluer l'efficacité (réduction des habitudes du jeu) de l'intervention conjugale à titre d'intervention principale auprès de couples dont l'un des membres est joueur pathologique; 2) mieux documenter les composantes individuelles (alcool, drogues, santé mentale) et conjugales (communication, satisfaction, violence) liées à l'efficacité. La distribution au hasard de 60 couples entre deux modalités, permettra de comparer le traitement conjugal à un groupe contrôle. Le traitement conjugal offert comporte de 8 à 12 rencontres d'une durée de 90 minutes chacune. Ce traitement s'inspire de l'Alcohol Behavior Couple Therapy auquel ont été ajoutés différents éléments ayant émergé d'une pré- expérimentation (menée par l'équipe actuelle) d'une adaptation de cette approche auprès de couples dont l'un des membres est joueur. Les rencontres conjugales : a) mettent le focus sur le joueur en visant la réduction/arrêt de ses habitudes de jeu; b) favorisent un travail auprès du non joueur (réduction des comportements facilitant le jeu et augmentation de ceux promouvant les habitudes de vie sans jeux de hasard et d'argent); et c) visent à améliorer la composante conjugale (habiletés à la négociation et à la communication, moments de plaisir partagé). Les participants orientés vers le groupe contrôle bénéficieront du traitement habituel dans les centres de traitement des joueurs, soit des rencontres individuelles ou de groupe avec le joueur, accompagnées de rencontres indépendantes pour les membres de l'entourage, s'ils le désirent. Un effort important sera fait pour uniformiser le nombre d'heures de services reçues dans les deux modalités. Les joueurs et leur partenaire seront recrutés dans les centres de traitement pour joueurs excessifs ainsi que via des annonces dans des les médias. Trois temps de mesure sont prévus, soit suite à l'évaluation d'accueil dans les centres, à la fin du traitement et à neuf mois post admission en traitement. Les couples répondront à différents questionnaires évaluant la gravité des habitudes de jeu mais aussi, la qualité de la satisfaction conjugale, la détresse et le bien-être psychologique, la violence conjugale, mais aussi la qualité de la communication / négociation, l'utilisation de stratégies diverses de la part du non joueurs pour transiger avec les habitudes de jeux du conjoint. Des analyses de variance à mesures répétées seront utilisées pour évaluer si les participants évoluent, dans les dimensions considérées, à travers les divers temps de suivi. Par la suite, des analyses de régression multiples, effectuées à l'aide d'un modèle multi-niveaux, permettront de vérifier les variables prédictives des résultats du traitement.

Cette étude permettra l'évaluation d'une approche de traitement susceptible de favoriser la réadaptation du joueur tout en répondant plus adéquatement aux besoins des joueurs et de leur conjoint(e) en regard de leurs difficultés conjugales et de la détresse personnelle associée

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Karine Bertrand, Université de Sherbrooke
Magali Dufour, Université de Sherbrooke
Marianne Saint-Jacques, Université de Sherbrooke  

Collaboratrice

Nadine Blanchette-Martin, Centre de réadaptation Ubald-Villeneuve

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le rapport final est attendu en avril 2013.