Ethnicité, allocation des ressources et développement dans les démocraties africaines

 

Francesco Amodio

Université McGill

 

Domaine : économie, emploi et marchés

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

En Afrique subsaharienne, les autocrates privilégient souvent les membres de leur ethnie au moment d'attribuer les biens publics ; ce phénomène est connu sous le nom de « favoritisme ethnique ». Le but de ce projet est d'étudier l'ampleur et les caractéristiques de ce favoritisme ethnique au sein des démocraties, avec ses causes et conséquences. La nécessité d'obtenir du soutien politique incite les chefs politiques à favoriser les personnes appartenant à la même ethnie lorsqu'il faut attribuer les biens privés, les terres et la main-d'œuvre en particulier.

À partir des données provenant de plusieurs pays africains, je vise à : i) montrer que les personnes ayant la même ethnicité que les chefs politiques bénéficient d'avantages comparatifs sur le marché de la terre et du travail, ii) montrer que les chefs traditionnels jouent un rôle stratégique en tant qu'agents politiques, et iii) élaborer un nouveau cadre théorique afin d'étudier et d'évaluer le coût économique statique et dynamique du favoritisme ethnique. Ce projet contribuera à la littérature sur l'économie politique du développement en étudiant un mécanisme précis par lequel la diversité ethnique joue un rôle important dans la croissance économique en Afrique.