Discours sur la figurabilité, figurabilité du discours. Étude sur les usages épistémologiques de l'image

 

Eduardo Ralickas

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : arts et littérature

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2015-2016

À la lumière de ma démarche de théoricien de l'art et de spécialiste du philosophe allemand J. G. Fichte, je souhaite amorcer un dialogue interdisciplinaire entre historiens et philosophes sur l'état actuel des connaissances sur l'image. Plus précisément, l'objectif de ce projet est d'interroger la notion de « figurabilité » dans les écrits de quelques théoriciens français des années 1970 à aujourd'hui (notamment Damisch, Marin, Didi-Huberman et Lyotard). Ces penseurs ont développé une sorte d'« école » de la figurabilité dont les fondements n'ont jamais été approfondis de façon systématique. Je souhaite combler une lacune dans l'historiographie en proposant une analyse de la consistance épistémologique de ces fondements.

L'originalité de ma démarche tient à mon approche méthodologique : je cherche à saisir, sur le vif, la performativité du discours théorique sur l'image. Ainsi, je me propose de réinvestir ces écrits – et les images qui les accompagnent – à la lumière de la philosophie de Fichte. Dans ses textes sur l'image, Fichte développe un modèle théorique très fécond pour penser les modalités performatives du discours épistémologique et ses conditions figurales. Dans une sorte de stratégie anachronique pleinement assumée, je souhaite donc penser la théorie contemporaine (d')après Fichte. Ma stratégie consiste à choisir des discours sur la figurabilité qui sont emblématiques et dont le mode d'argumentation s'appuie massivement sur des images imprimées. Je me pencherai attentivement sur ces figures, dont la fonction est de  se substituer au discours savant. Quel est leur « statut » épistémologique? À terme, le but est d'établir une épistémologie des usages de l'image en histoire de l'art.