Déterminants et conséquences de l'épuisement professionnel dans les écoles publiques primaires et secondaires

 

Michel Janosz

Université de Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires  - Concours Juin 2013

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

L'épuisement professionnel chez les enseignants est une cause importante d'absentéisme, d'invalidité et d'abandon de la profession. Autour de 20% des enseignants au Québec seraient aux prises avec de la détresse psychologique, 60% des enseignants présenteraient des symptômes d'épuisement au moins une fois par mois et 20% au moins une fois par semaine. Plusieurs proposent également que les élèves seraient affectés dans leurs études et leurs comportements en présence d'enseignants épuisés. Cependant, une analyse attentive des travaux de recherche menés sur ces questions indiquent que d'importantes lacunes subsistent dans nos connaissances actuelles, ce qui affaiblit notre capacité à prévenir efficacement le problème et ses méfaits. D'abord, et principalement à cause d'un manque criant d'études longitudinales et multiniveaux, il est actuellement très difficile d'affirmer quels sont les déterminants organisationnels de l'épuisement professionnel. Ensuite, pour ces mêmes raisons, nous ne savons pas non plus si l'épuisement professionnel des enseignants a véritablement un impact sur la réussite des élèves, malgré les fortes présomptions en ce sens. Cette étude vise à repousser ces limites par l'entremise d'analyses secondaires de base de données longitudinales multiniveaux déjà existantes.

Ce projet pose deux grandes questions de recherche. La première veut identifier (1) quels sont les facteurs organisationnels associés au développement de l'épuisement professionnel des enseignants du primaire et du secondaire. Nous voulons estimer la contribution relative des processus organisationnels (p.ex. leadership, gestion du personnel, travail en équipe, etc.) et des composantes contextuelles (p.ex., taille des écoles et des classes, caractéristiques du corpus d'élèves, etc.), et vérifier sur les processus organisationnelles peuvent avoir un effet modérateur (aggravant ou protecteur) sur la relation entre les facteurs contextuels et l'épuisement professionnel. La seconde question vise à déterminer si (2) l'épuisement professionnel des enseignants prédit la réussite des élèves et, le cas échéant, si cette relation est expliquée (médiatisée) par une détérioration des attitudes et des pratiques enseignantes. Les connaissances issues de cette recherche permettront de mieux cibler les facteurs organisationnels modifiables pour prévenir le sentiment d'épuisement professionnel et ses effets néfastes sur la mobilité du personnel, les pratiques éducatives et la réussite des élèves.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Isabelle Archambault, Université de Montréal
Roch Chouinard, Université de Montréal
Alain Marchand, Université de Montréal
Linda S. Pagani, Université de Montréal
Marie Labbé, Commission scolaire de la Beauce-Etchemin
Lorraine Lamoureux, Commission scolaire de Laval
Michel Lepage, Université de Montréal
Martin Lépine, Association québécoise des enseignantes et des enseignants du primaire
Stéphane Martineau, Université du Québec à Trois-Rivières
Glorya Pellerin, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Maurice Tardif, Université de Montréal

 

Membres collaborateurs

Frédéric Brière, Université de Montréal
Robert Dubois, Commission scolaire de Montréal

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de trois ans, le montant total octroyé est de 133 850 $ et le rapport final est attendu pour le 1er avril 2017.