Comprendre la violence conjugale dans un contexte de séparation pour mieux intervenir : le cas des couples d'hommes

 

Valérie Roy

Université Laval

 

Action concertée : Programme de recherche sur la violence conjugale

Volet : Projet de recherche

Partenaire : Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

En dépit des mesures implantées pour lutter contre la violence conjugale (VC), ce problème reste préoccupant; il l'est d'autant plus en contexte de séparation alors que la VC peut s'aggraver et que les risques d'homicides sont augmentés (Statistique Canada, 2016). Or, les connaissances et les pratiques ont surtout été développées auprès des couples hétérosexuels, ce qui limite leur transférabilité chez les couples d'hommes. Pourtant, on sait que les personnes issues de la diversité sexuelle sont plus à risque d'être victimes de VC (Statistique Canada, 2016), notamment les hommes dont la victimisation pourrait être sous-estimée (ministère de la Sécurité publique, 2015; Oliffe et al., 2014). Les données sur la VC chez les couples d'hommes ne distinguent toutefois pas la violence commise pendant ou après la séparation. Aussi, les connaissances sur la VC chez les couples d'hommes suggèrent des formes de VC et des facteurs de risque qui leur sont propres, sans que l'on sache comment ces formes et facteurs évoluent en contexte de séparation. Le besoin d'approfondir les connaissances sur les réalités des couples d'hommes et sur les stratégies d'intervention à privilégier est pourtant reconnu, autant par les milieux de pratique et scientifique que par cet appel de propositions et le Plan d'action gouvernemental 2012-2017 en matière de VC (Gouvernement du Québec, 2012). Dans ce contexte, sept chercheurs et quatre principaux milieux de pratique (à coeur d'homme, Regroupement provincial en santé et bien-être des hommes, RÉZO et Gai Écoute) des secteurs de la VC, de la séparation et de la diversité sexuelle se réunissent pour ce projet visant à mieux comprendre le phénomène de VC dans un contexte de séparation chez les hommes de la diversité sexuelle. Cinq objectifs sont poursuivis : 1) Identifier les formes de VC en contexte de séparation chez les couples d'hommes; 2) Cerner les facteurs de risque et de protection à la VC chez les couples d'hommes dans un contexte de séparation; 3) Identifier les besoins des hommes qui subissent de la violence et de ceux qui en exercent; 4) Documenter les obstacles dans l'accès aux services pour ces hommes; 5) Identifier des stratégies d'intervention pour assurer le développement de pratiques adaptées tenant compte des dynamiques masculines chez les couples d'hommes. Le modèle écologique est retenu comme cadre théorique pour considérer différents niveaux de facteurs de risque et de protection, entre autres les dynamiques de VC, et d'obstacles dans l'accès aux services, dont l'hétérosexisme et l'homophobie. Se centrant sur la perspective des acteurs, une étude qualitative auprès d'hommes auteurs ou victimes de VC en contexte de séparation et d'intervenants (VC, séparation et diversité sexuelle) est planifiée dans cinq régions du Québec. Le projet aura des retombées directes sur le plan de l'information et de la sensibilisation chez les hommes issus de la diversité sexuelle, en plus de favoriser l'accès aux services (ex. : site Web incluant des outils de démystification, d'information et de référence). Il proposera aussi aux intervenants, des trois secteurs du projet et d'autres connexes (ex. : milieu policier, santé et services sociaux), des fiches informatives pour mieux accueillir ces hommes, dépister la VC en contexte de séparation, évaluer la sécurité et la dangerosité, et répondre aux besoins spécifiques de ces hommes.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

- Line Chamberland, Université du Québec à Montréal
- Sacha Genest Dufault, Université du Québec à Rimouski
- Suzanne Léveillée, Université du Québec à Trois-Rivières
- Sylvie Thibault, Université du Québec en Outaouais
- Gilles Tremblay, Université Laval

Membres collaborateurs

- André Beaulieu, Regroupement provincial en santé et bien-être des hommes
- Frédérick Pronovost, REZO
- Jean-Martin Deslauriers, Université d'Ottawa
- Mireille St-Pierre, Gai Écoute
- Rémi Bilodeau, à coeur d'homme

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans, le montant total octroyé est de 142 366 $ et le rapport final est attendu pour le 30 juin 2020.