Au-delà du cinéma national : genre et transnationalisme dans le cinéma millénaire sud-coréen

 

Michelle Cho

Université McGill

 

Domaine : arts et littérature

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2016-2017

Au cours des deux dernières décennies, le cinéma sud-coréen s'est établi comme culture cinématographique louangée sur la scène internationale. La nouvelle visibilité du cinéma sud-coréen s'est installée dans le contexte du succès qu'ont connu, dans les années 1980-1990, les auteurs de l'Asie de l'Est, tels que Hou Hsiao Hsien et Zhang Yimou. Toutefois, contrairement à l'œuvre de ces réalisateurs, dont le style de films est principalement réaliste, les œuvres les plus dominantes du cinéma sud-coréen ont directement montré des tropes de genre filmique transnationales, particulièrement dans les catégories action de superproduction, horreur et néonoir. Malgré cela, la majorité des études portant sur le cinéma sud-coréen ont appliqué un concept de cinéma national pour interpréter le contenu des cinémas non occidentaux comme réflexions de la réalité sociale.

Mon étude s'éloigne de la supposition selon laquelle les cinémas nationaux sont des « textes » ethnographiques par défaut qui permettent de savoir comment la lisibilité des cadres des genres transnationaux permet aux cinéastes contemporains en Corée de viser une limite de reconnaissance située au-delà de la nation en utilisant des tropes de genre comme vocabulaire pour s'adresser aux publics internationaux.

Afin de réorienter les études sur le cinéma sud-coréen, mon projet analysera la forme et la fonction de ces éléments de genre dans des œuvres phares du cinéma sud-coréen du XXIe siècle, offertes par Bong Joon-ho, Kim Jee-woon et d'autres. Prise dans son ensemble, mon étude vise à rehausser notre compréhension du développement du cinéma sud-coréen afin de revoir le concept de « cinéma national », comme on le comprenait traditionnellement dans la discipline des études cinématographiques.