Accroitre le temps de parole des élèves : mise en place concertée de pratiques d'enseignement d'oral réflexif et de gestion de la classe pour soutenir le développement des compétences en littératie des élèves

 

Kathleen Sénéchal

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche en littératie

 

Volet: Projet de recherche-action

Partenaires : Le  ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur

Cette recherche vise à coconstruire, avec douze enseignants des trois cycles du primaire, des pratiques d'enseignement soutenant le développement des compétences en littératie des élèves par la mise en œuvre de l'oral réflexif et de pratiques de gestion de la classe cohérentes et favorisant le temps de parole des élèves via des interactions entre pairs. Les pratiques développées dans le cadre de cette recherche collaborative contribueront à répondre au besoin de recherche 4 : Quelles pratiques enseignantes favorisant les interactions sociales en classe sont les plus susceptibles de développer les compétences en littératie au primaire ou au secondaire? Peu étudié à ce jour, l'oral réflexif consiste à favoriser la mise en place de situations interactives en classe, dans lesquelles les élèves sont amenés à mettre en mots leur pensée pour apprendre. Bien que l'importance de ce type d'oral soit reconnue, les enseignants procèdent généralement de façon intuitive lorsqu'ils veulent soutenir leurs élèves dans leurs interactions quotidiennes, sans réellement mettre en place des pratiques d'enseignement qui stimuleraient la prise de parole. Afin d'offrir aux élèves des occasions fréquentes de réaliser des apprentissages par la verbalisation, les enseignants doivent adopter des pratiques de gestion de la classe cohérentes, en amenant les élèves à prendre une plus grande part de responsabilités dans la situation d'apprentissage (processus de dévolution). Aussi cette recherche intègre-t-elle deux champs de recherche, soit la didactique et la gestion de la classe, dont le lien n'a été que peu exploré jusqu'à maintenant; sa réalisation permettra donc de faire des avancées prometteuses en ce sens. Par ailleurs, en plus d'outiller concrètement les enseignants dans des moments où ils se sentent démunis, la mise en œuvre de ce projet de recherche optimisera le temps d'apprentissage des élèves ainsi que le développement de leurs compétences en littératie. À partir de l'observation des pratiques actuelles des enseignants, les obstacles et les défis à la mise en place de pratiques d'enseignement et de gestion de la classe favorisant la prise de parole des élèves en classe seront identifiés de façon à dégager les besoins de développement professionnel de nos collaborateurs. Nous parviendrons ainsi à générer, avec eux, des pratiques qui, après avoir fait l'objet d'une double expérimentation, pourront être facilement réinvesties dans différents milieux scolaires. La recherche aura des retombées concrètes à la fois dans les classes du primaire, et éventuellement du secondaire, mais aussi pour la formation continue des enseignants, notamment via des activités de transfert prévues (p. ex. journées de formation) au sein de la commission scolaire partenaire.

 

COCHERCHEURS

NOM

PRÉNOM

ÉTABLISSEMENT

DÉPARTEMENT

STATUT EN RECHERCHE

Dumouchel

Mélanie

Université du Québec à Montréal [UQAM]

Département de didactique

Chercheur universitaire

JOYAL

Marianick

Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île [CSPI]

Conseillère pédagogique; français, langue d'enseignement

Autre chercheur, intervenant ou artiste

Messier

Geneviève

Université du Québec à Montréal [UQAM]

Département de didactique

Chercheur universitaire

Simard

Claudine

Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île [CSPI]

Conseillère pédagogique; français, langue d'enseignement

Autre chercheur, intervenant ou artiste

Sénéchal

Kathleen

Université du Québec à Montréal

Département de didactique des langues

Chercheur principal

 

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans, le montant total octroyé est de 161 380$ et le rapport de recherche est attendu pour le 31 octobre 2022.