« Je monte au chantier » : l'expérience géographique des travailleurs allochtones et autochtones du chantier hydroélectrique de la Romaine (Minganie, Côte-Nord)

 

Laurie Guimond

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : milieux de vie et aménagement

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Sous l'angle de la géographie sociale, cette recherche s'intéresse à l'expérience des travailleurs allochtones et autochtones du chantier hydroélectrique de la Romaine (Minganie, Côte-Nord). Depuis 2009, y œuvrent, jour et nuit, environ 1000 salariés provenant de la Côte-Nord et d'ailleurs. En passant par les mobilités régulières et temporaires de ces travailleurs pratiquant le « fly-in fly-out » ou le « drive-in drive-out » vers les campements du chantier, aux migrations plus permanentes vers des municipalités avoisinantes comme le Havre-Saint-Pierre, des travailleurs seuls ou en famille vont, reviennent ou restent au gré des contrats et de l'avancement des travaux.

Cette recherche documentera, par l'entremise du chantier et d'autres lieux de la vie quotidienne, les modes d'habiter et de cohabiter de ces migrants professionnels. À partir d'une approche qualitative, elle explorera combien la vie de chantier façonne le vivre-ensemble et les relations Allochtones-Autochtones. Elle analysera les sens que les travailleurs confèrent à leurs milieux de vie, de travail et de divertissement en étudiant leur sentiment d'appartenance, leurs représentations ainsi que leurs pratiques de mobilité et de sociabilité. Elle cernera les facteurs d'attraction, de rétention et de répulsion de ces travailleurs en s'attachant à divers facteurs micro et macroscopiques. Une comparaison sera faite avec l'expérience d'autres types de migrants professionnels en régions éloignées. L'expérience des travailleurs régionaux autochtones et les relations qu'ils entretiennent avec leurs collègues allochtones représentent la principale contribution attendue de cette recherche.