Changement de cap



Après quelques années passées sur le marché du travail, certains jeunes optent pour un retour vers une formation professionnelle afin de réorienter leur carrière. Comprendre leurs objectifs et le sens qu'ils donnent à leur démarche est crucial pour mieux les accompagner et pour bien adapter l'enseignement professionnel à leurs besoins.

La démarche est très chargée symboliquement et peut avoir trait à un changement professionnel, mais aussi personnel.

Jonas Masdonati, chercheur en éducation à l'Université Laval, a mené des entrevues semi-dirigées auprès de 30 élèves de la formation professionnelle âgés entre 25 et 40 ans qui sont retournés aux études après avoir passé au moins deux ans sur le marché du travail.

Il a constaté deux grandes motivations : certains élèves réagissaient à une insatisfaction à l'égard de leur travail ou à des obstacles, comme des ennuis de santé, alors que d'autres retournaient aux études parce qu'ils étaient attirés par un autre métier ou rêvaient de meilleures perspectives d'avenir.

Ces changements de parcours varient aussi selon les individus et Jonas Masdonati leur reconnaît trois sources principales :

  • L'envol. Il s'agit carrément d'un nouveau départ. La démarche est très chargée symboliquement et peut avoir trait à un changement professionnel, mais aussi personnel. Coincés dans une situation précaire, certains perçoivent le retour aux études comme le premier pas vers une nouvelle vie.
  • La progression. Ici, il s'agit moins d'une rupture radicale que d'une nouvelle étape dans un parcours logique. L'élève veut se perfectionner et ajouter une corde à son arc, tout en demeurant dans le même domaine professionnel.
  • Le questionnement. Certains élèves se questionnent quant à leur choix. Décidés à finir leur formation, ils ne sont pas convaincus de vouloir travailler dans ce domaine plus tard.

Plusieurs centres de formation professionnelle ont manifesté leur intérêt à utiliser ces résultats pour mieux comprendre leurs élèves et raffiner leur enseignement. Jonas Masdonati a prononcé des allocutions sur le sujet lors de conférences scientifiques à Paris, Madrid, Lausanne et Genève, et a aussi rédigé deux articles scientifiques sur cette question.