Étudiante-chercheure étoile Janvier 2015


Marie-Eve Gonthier

Marie-Eve Gonthier

Étudiante au doctorat en éducation
Université du Québec à Rimouski


Publication primée : L'influence du clavardage sur la maîtrise du français écrit des élèves du premier cycle du secondaire

Publiée dans : Revue des sciences de l'éducation, vol. 39, no 2, 2013
 

Résumé

« Le clavardage a fait l'objet de peu d'études et celle-ci est l'une des premières à s'y intéresser chez les adolescents. Il s'agit d'un groupe intéressant puisque leur apprentissage de la langue écrite est en développement et nous savons qu'ils la transgressent  en clavardant. Notre recherche a cependant démontré que le clavardage n'agit pas défavorablement sur l'écriture. Elle ouvre donc la voie à l'utilisation du clavardage en classe par les enseignants. Ainsi, les élèves qui possèdent un intérêt marqué pour le clavardage et qui apprécient travailler en collaboration, pourraient être avantagés par la possibilité de faire appel à l'écriture d'une façon interactive. C'est par l'entremise de la psychologie cognitive que le phénomène du clavardage est expliqué dans cette étude : ce qui est novateur et différent des autres écrits sur ce phénomène. »

Peu de recherches ont étudié l'influence des nouveaux médias sur l'écriture, même si l'on observe un engouement pour l'utilisation de ces outils numériques en contexte scolaire. L'étude de Marie-Eve Gonthier a su mettre en évidence que le clavardage ne nuit pas à l'écriture, et même que les retombées potentielles pour le système scolaire sont tangibles. Étant donné que les jeunes sont nombreux à l'utiliser, le clavardage est susceptible de favoriser le développement de compétences et la motivation. Les enseignants n'ont donc plus lieu de s'inquiéter, puisque cette étude a montré que les élèves sont aptes à faire la distinction entre la langue écrite utilisée lorsqu'ils clavardent (abréviations, acronymes...) et la langue écrite formelle. L'utilisation du clavardage à l'école pourrait contribuer à ce que d'autres outils technologiques fassent leur entrée dans plus d'établissements scolaires.