Pour un urbanisme mieux adapté aux personnes âgées



Pour les personnes âgées, il n'est pas toujours aisé de se déplacer, notamment dans certains quartiers excentrés de Montréal dont l'aménagement urbain se prête peu à la marche.

Des routes perçues comme peu esthétiques et peu sécuritaires pour les piétons réduisent la mobilité des personnes âgées.

Voilà une des conclusions qui ressort des travaux de Paula Negron-Poblete, chercheuse à la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal. De 2012 à 2016, elle a mené une étude auprès de 42 personnes âgées de Dollard-des-Ormeaux, Pointe-Claire, Montréal-Nord et Pointe-aux-Trembles. Peu de recherches avaient été effectuées jusque-là sur ce sujet.

La chercheuse a observé une dichotomie entre la mobilité quotidienne des personnes âgées – qui est davantage axée sur la marche et sur les déplacements de proximité – et l'aménagement du territoire en fonction de la voiture, qui vise à favoriser la mobilité au sein d'une région. Ainsi, les nombreux stationnements, les grandes artères et les zones d'emploi constituent des barrières à la marche. Ces éléments urbains font en sorte qu'adopter les solutions utilisées dans les quartiers centraux, comme l'aménagement de saillies de trottoirs ou un allongement de la durée allouée pour traverser aux intersections, ne suffit pas à améliorer significativement la situation.

Paula Negron-Poblete note un net clivage entre l'ouest et l'est de l'Île. Dans Montréal-Nord et Pointe-aux-Trembles, des routes perçues comme peu esthétiques et peu sécuritaires pour les piétons réduisent la mobilité des personnes âgées. Résultat : celles-ci marchent surtout pour des raisons utilitaires, et peu pour les loisirs. Dans Dollard-des-Ormeaux et Pointe-Claire, l'environnement favorise davantage la marche, et les personnes âgées sortent plus fréquemment par plaisir, notamment pour faire des marches santé.

Ces résultats ont été présentés à l'Assemblée générale de la Table de concertation des aînés et ont fait l'objet de plusieurs conférences. Ces dernières ont donné lieu à des articles dans les quotidiens nationaux et les hebdomadaires régionaux. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS) s'y est aussi intéressé de près. Ces informations permettent d'ajuster les ressources offertes aux personnes âgées et de réfléchir à l'aménagement urbain.