Trajectoires de vie des joueurs pathologiques : développement des difficultés et fardeau d'adversité



Cette étude propose de décrire premièrement, les étapes de développement quant aux habitudes de jeu afin de mieux évaluer le fardeau correspondant au problème de jeu à travers la trajectoire de vie.

Deuxièmement, faire l'analyse des comportements de recherche de services, ou son absence, et mieux comprendre l'écart entre les services reçus et les services requis pour cette population, en fonction des différents sous-groupes de joueurs. Pour ce faire, nous avons recruté 86 joueurs ayant eu au cours des cinq dernières années, ou ayant actuellement des comportements de jeu à risque (selon les critères du SOGS), qui ont été interrogés à travers un recueil de données cliniques sur la présence de troubles de santé mentale, leur trajectoire de jeux, la trajectoire d'adversité au cours de leur vie et enfin la trajectoire de recherche de services et services reçus pour les difficultés de santé mentale.

Les résultats suggèrent trois groupes distincts ayant des trajectoires différentes de jeux.

Les résultats suggèrent trois groupes distincts ayant des trajectoires différentes de jeux. Un premier groupe exposé de manière précoce au jeu, dès l'adolescence, et qui maintiennent des habitudes de jeux sur une longue période et ceci de manière récréative, avant de développer des problèmes de jeu pathologique vers la quarantaine ou la cinquantaine. Les résultats suggèrent la présence d'un second groupe qui commence à jouer de manière récréative plus tard dans la vie vers la quarantaine, mais qui développe des troubles de jeu pathologique rapidement dans la cinquantaine.

Enfin un troisième groupe qui est exposé au jeu récréatif plus tardivement et développe un trouble pathologique vers 60-70 ans, souvent après la retraite. Nous observons des taux de pathologies psychiatriques importants : au cours de leur vie 98 % des personnes ont souffert d'au moins un trouble mental dont, 78 % un trouble de jeu pathologique, 60 % un trouble de l'humeur, 41 % un trouble de dépendance aux substances, 23 % un trouble anxieux, 34 % un trouble de la personnalité et, enfin, 22 % ont rapporté avoir fait une tentative de suicide. Au cours des six derniers mois, 62 % avaient un trouble mental dont 46 % avaient un trouble de jeu pathologique, 23 % un trouble de l'humeur, 10 % un trouble de dépendances aux substances et 11 % un trouble anxieux.

L'analyse de l'utilisation des services indique que les participants ont eu recours aux services médicaux et aux services spécialisés en santé mentale (incluant les dépendances) beaucoup plus fréquemment qu'ils n'ont fait appel aux services psychosociaux. L'écart entre les services reçus et les services requis se situe surtout en regard de services de référence et d'évaluation, des services de psychothérapies et du suivi suite à l'autoexclusion.

Chercheure principale

Monique Séguin, Université du Québec en Outaouais

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : juin 2012